JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
mardi , mai 24 2022

Covid-19 et … : l’éthique de la recherche en santé au cœur d’une formation du CNERS

Atelier de formation du comité national d’éthique pour la recherche en santé

Formation en ligne sur l’éthique de la recherche et l’intégration de la dimension du genre. L’activité est officiellement ouverte ce lundi 17 janvier 2022 au ministère de la santé à Cotonou. Menée par le Comité national d’éthique pour la recherche en santé (Cners), elle intervient dans le cadre général du projet BCA-WA-ETHICS-II et réunit une cinquantaine de participants pour une semaine de renforcement de capacités principalement sur l’éthique de la recherche en matière de santé.

Rougeole, choléra, méningite, fièvre de Lassa, fièvre jaune, Ebola et même la pandémie de Covid-19, les pathologies en Afrique de l’Ouest sont légions. Mais la qualité et l’efficacité du système éthique et réglementaire quant à la recherche clinique, socio-épidémiologique et l’essai clinique en ce qui concerne les vaccins, les traitements, les techniques de prise en charge, les catégories de patients très spécifiques, sont problématiques. Si ce n’est pas leur nombre minime qui est déploré, ce sont les retombées mêmes de ces recherches et essais qui ne conviennent pas toujours.

D’où le recours au projet biennal BCA-WA-ETHICS-II coordonné par le consortium composé de l’université de Saragosse, du ministère de la santé du Bénin, du ministère de la santé et du développement social du Mali et du ministère de la santé et de l’action sociale du Sénégal.  Financé par European and developing countries clinical trials (EDCTP), la mise en œuvre de ce projet vise à renforcer les capacités des comités nationaux d’éthique béninois, sénégalais et malien ainsi que celles des scientifiques et éthiciens affiliés et du Réseau ouest-africain des comités nationaux d’éthique (Wanec). La formation qui démarre ce lundi à Cotonou est une activité prévue dans ce cadre.

« Elle permettra de renforcer les capacités des participants sur l’éthique de la recherche en général, et en particulier dans les situations d’urgence sanitaire, telle que celle de la pandémie de Covid-19, sur la gouvernance des Cners, l’intégration de la dimension de genre et la préparation de l’audit », a rappelé le représentant du ministre de la santé dans son allocution d’ouverture officielle de la formation.

Selon Habib Ganfon, conseiller technique aux affaires pharmaceutiques au ministère de la santé, il s’agit d’une opportunité de partage d’expériences qui vient à point nommé pour « lever les lacunes observées », dans une vision globale de développement d’une recherche éthique au service du bien-être des populations.

16 essais cliniques sur 5800

Prof. Flore Gangbo, présidente du CNER, coordonnatrice du projet BCA-WA-ETHICS-II

Parlant particulièrement des essais cliniques sur la Covid-19, la présidente du Comité national d’éthique pour la recherche (CNER), Flore Gangbo, coordonnatrice du projet BCA-WA-ETHICS-II, a souligné que sur les 5800 essais cliniques enregistrés auprès de l’Organisation mondiale de la santé, seulement 16 ont été comptés en juillet 2020 sur le continent africain. Aussi insiste-t-elle sur la nécessité pour l’Afrique de l’Ouest, d’en augmenter le nombre au prorata de la capacité de production de vaccins du Sénégal et du Nigéria.

Une augmentation qui entrainera pour les Cners, poursuit-elle, le besoin d’amélioration de leurs connaissances du point de vue de l’éthique et réglementaire, de disposer d’outils, de ressources pour jouer leur rôle qui est « centré sur l’évaluation efficace les protocoles de recherche, le suivi des recherches autorisées en vue de protéger les droits humains des participants à la recherche, en particulier ceux des plus vulnérables ».

Pendant sept (7) jours d’affilée, cinquante (50) participants prendront part à cette formation virtuelle afin d’accroitre leurs connaissances sur les lignes directives standard tracées par l’OMS en matière d’éthique de la recherche ; de promouvoir l’utilisation des approches de sexe et de genre dans les travaux des comités d’éthique ; d’améliorer la connaissance et l’application des meilleures pratiques de gouvernance du Comité national d’éthique pour la recherche en santé.

« Tout en espérant que l’évaluation finale sera positive et reflètera de chacune et de chacun, je vous réitère mes remerciements », a formulé la présidente Flore Gangbo à l’endroit des participants.

Emmanuel M. LOCONON

À propos laprimeur

Check Also

Covid-19 : fin du passe vaccinal en France dès 14 mars ; le port du masque obligatoire suspendu

Premier ministre français Jean Castex @AFP En France, le passe vaccinal et le port obligatoire …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

COVID-19
Aller à la barre d’outils