JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
mercredi , janvier 26 2022

Promesse de procès de Léon Jossè : « …fais-le rapidement…», rétorque Me Jeacques Bonou, avocat d’Aïvo

Jeacques Bonou, avocat au barreau de Seine-Saint-Denis en France @FB

A l’issue du procès soldé par la condamnation du professeur Joël Aïvo à 10 ans de prison ferme et 45 millions d’amende, l’un de ses avocats, Jeacques Bonou, avait cité le nom de Léon Jossè, l’accusant d’avoir fait de faux témoignages dans le cadre de l’enquête de moralité portant sur son client. L’universitaire a rejeté ces accusations et promis intenter un procès en justice contre l’avocat. Me Jeacques Bonou acquiesce estimant que c’est le canal idéal d’expression de la vérité.

« Je lui ferai un procès et là dans les prochains jours, on saura toute la vérité, et toute l’intention criminelle qu’il a derrière la tête ». Ainsi parlait l’enseignant à l’université d’Abomey-Calavi, Léon Jossè. Une promesse faite à l’endroit de Me Jeacques Bonou qui a dénoncé le fait que ce dernier aurait « envoyé un courrier à la Cour (Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet), Ndlr) » dans l’intention de porter « gravement atteinte à la réputation du Professeur Aïvo » poursuivi pour blanchiment de capitaux et atteinte à la sûreté de l’Etat.

L’avocat au barreau de Seine-Saint-Denis en France se dit éminemment prêt pour la confrontation. « Concernant le procès que tu as promis m’intenter, fais-le rapidement, afin que la confrontation devant le juge et tous les témoins ait lieu, car j’ai hâte de te sortir de ton déni de la réalité pour te confronter à tes propres actes ignobles et inhumains envers l’innocent Professeur Aïvo qui croupit injustement en prison », a déclaré, mardi 14 décembre 2021, Jeacques Bonou en réponse à Léon Jossè.

« Noir sur blanc, qu’il est de bonne moralité »

Léon Jossè a précisé lors de sa dernière sortie médiatique n’avoir pas participé à cette manœuvre de « jalousie et aigreur » dont on lui attribue la paternité. Il concède avoir été approché,  mardi 23 novembre, par les éléments de la Brigade économique et financière, Bef pour une enquête de moralité sur la personne du Professeur Joël Aïvo. « Très tôt, j’ai opposé un refus. Les éléments de la Bef m’ont rassuré de l’anonymat de ma déclaration ; et j’ai accepté de témoigner de la bonne moralité d’un collègue de la fac de droit », a martelé l’enseignant.

Ainsi donc, à en croire ce qu’il avoue leur avoir dit, rien ne semble nuire à la réputation de l’opposant béninois, Joël Aïvo « un leader », confie-t-il, qui « aime le militantisme politique ». « J’ai affirmé noir sur blanc, qu’il est de bonne moralité, qu’il est un collègue travailleur et consciencieux », a déclaré Léon Jossè notifiant par ailleurs ne rien savoir sur ses revenus en matière politique, à part son salaire en tant qu’enseignant.

Sous anonymat… c’est trop lâche

Soit ! Ce peut être vrai, ces témoignages. Cependant, « pourquoi toi, tu as choisi de faire ton attestation de moralité puante SOUS ANONYMAT contre le professeur AÏVO ? », a lâché sèchement Me Jeacques Bonou faisant allusion aux attestations de moralité de nombreuses autres personnalités nationales et internationales, à visage découvert, lues par la Cour.

« C’est trop lâche de te réfugier derrière l’anonymat pour tenir de tels propos sur une personne « en cession criminelle » devant la Criet. Tu pensais rester dans l’ombre pour participer à son achèvement définitif de la vie politique », a conclu l’avocat.

Depuis la condamnation du professeur Joël Aïvo, mardi 7 décembre, la tension monte entre les deux hommes, Me Jeacques Bonou et Léon Jossè. L’un accuse l’autre d’avoir contribué à enliser un collègue réputé par « haine, méchanceté et jalousie ». L’autre s’inscrit en faux et promet revenir à la charge très prochainement sous forme d’une action intentée en justice pour rétablir les faits et laver son honneur.

Emmanuel M. LOCONON

À propos laprimeur

Check Also

Corruption : la CPD, nouveau dispositif de lutte au Bénin

Au titre des mesures normatives prises en conseil des ministres le mercredi 19 janvier 2022, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

COVID-19
Aller à la barre d’outils