JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
jeudi , janvier 27 2022

Verdict Aïvo : « le résultat d’une pièce jouée d’avance », réagit le Parti communiste du Bénin

Professeur Joël Aïvo

Le Parti communiste du Bénin (PCB) condamne la peine de 10 ans de prison et de 45 millions d’amende infligée au professeur Joël Aïvo. Le PCB fustige les contours à polémique de ce procès du lundi 6 au mardi 7 décembre dernier.

Joël Aïvo, l’opposant au régime du président Patrice Talon est condamné avec ses co-accusés pour « complot contre l’autorité de l’Etat et blanchiment de capitaux ». La décision de la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet) est diversement accueillie au sein de l’opinion publique et de la classe politique.

A travers un communiqué relayé par les médias, le Parti communiste du Bénin (PCB) affiche sa désolation face à cette sentence qui, selon lui, serait l’accomplissement d’un dessein. « De bout en bout, on voit que ce procès et ce verdict sont le résultat d’une pièce qui était jouée d’avance », lit-on dans le communiqué.

Le parti fondé le 31 décembre 1977 compare le présent procès à ceux ayant abouti à la condamnation de Laurent Mètognon et ses co-accusés ainsi que de l’homme d’affaires et opposant Sébastien Ajavon. En effet, « c’est ce qu’on vient de voir avec Joël Aïvo et ses co-accusés », tire le PCB comme conclusion dans sa note en date du 7 décembre 2021.

Plaider non coupable

« Il n’y a pas de preuves, je suis un homme honnête ». Dans sa déposition devant la Cour, le professeur Joël Aïvo a clamé son innocence dans cette affaire née dans l’effervescence de la présidentielle d’avril 2021 et qui implique aussi Boni Sarè Issiakou et Ibrahim Bachabi Moudjaidou considérés comme co-accusés et condamnés comme tels. Ces derniers écopent de 10 ans de prison ferme et d’une amende de 5,7 millions. Alain Dotou Gnonlonfoun, un autre inculpé a été libéré au bénéfice du doute.

L’universitaire a souligné à la barre le manque de preuves établissant sa culpabilité dans le supposé complot de coup d’Etat qui aurait été financé par un certain Arnaud Houédanou. « C’est la justice qui a établi ma proximité avec M. Arnaud H. Si non, je ne suis pas proche de lui ni lui de moi », s’est défendu le mis en cause.

En détention préventive depuis le 15 avril 2021, avant que le verdict ne tombe, le professeur Joël Aïvo s’est dit se sentir « abandonné et livré » à ses « adversaires politiques ». Il a assuré de ce fait, être prêt à « reprendre ma croix et à la porter de nouveau avec dignité et patriotisme ». L’issue du procès a été pour beaucoup de ses proches, injuste. Mais à l’analyse de l’ancien bâtonnier Jacques Migan, se basant sur les pratiques en droit, ce fut un « procès équitable ».

LME

À propos laprimeur

Check Also

Corruption : la CPD, nouveau dispositif de lutte au Bénin

Au titre des mesures normatives prises en conseil des ministres le mercredi 19 janvier 2022, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

COVID-19
Aller à la barre d’outils