JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
jeudi , janvier 27 2022

3 décembre – JIPH : « C’est si dur et difficile de vivre en étant abandonné et ignoré », Tanguy Bonou, personne handicapée

Tanguy Bonou @FB

La communauté mondiale célèbre, vendredi 3 décembre 2021, la journée internationale des personnes handicapées (JIPH). Jeune béninois atteint de la myopathie depuis son enfance, Tanguy Bonou exprime en cette occasion la souffrance qu’endurent ses semblables, de surcroît ceux ayant été isolés par les leurs.

« Le plus gros handicap dans la vie, c’est le fait d’être limité ». Cette citation est de l’entrepreneur haïtien Alfredo Pierre. Si la limite dont il parle dans le cas général peut être le produit des pensées de la personne handicapée elle-même, il n’en demeure pas moins que la société impose très souvent à l’individu porteur d’une infirmité, une vie pénible à supporter. « C’est si dur et difficile de vivre en étant abandonné et ignoré », ressent Tanguy Bonou. Mais pour cet homme très connu sur la toile sous le nom de Lémec, handicapé ou pas, il n’y a pas de limite à se donner dans la vie.

L’histoire de ce jeune diplômé béninois de Licence en finance, comptabilité et audit à la Haute Ecole de Commerce et de Management (HECM) heurte toute sensibilité. Né dans une localité de Golo-Djigbé, un arrondissement de la commune d’Abomey-Calavi, Tanguy Bonou, 24 ans, a gravi les échelons notamment grâce à son géniteur. « Maman m’a abandonné involontairement », avait-il révélé.

« Avec papa seul, je me sens triste. Au début, il y avait les deux parents à côté. Mais lorsque maman a quitté, ça me fait mal. Cependant, je n’ai pas le choix », a-t-il poursuivi, confortable dans son fauteuil roulant et rassuré à l’image de la joueuse tchécoslovaque de tennis, Martina Navratilova que « le handicap est une question de perception ».

Certes, sa maman, trouvant la charge énorme, l’avait abandonné quand il avait environ 14 ans, a précisé son géniteur. Mais « Quand je considère mon expérience, je pense que j’ai été le plus chanceux », se réjouit Tanguy Bonou dans un message posté sur sa page Facebook pour célébrer la JIPH.

« Je ne m’en plains pas »

Etudier dans une condition très précaire sans passer deux fois un seul examen, se faire rejeter six fois de suite pour des stages académiques en vue de l’obtention de sa Licence à l’université, subir des stigmatisations sans fléchir, Lémec accepte à cœur joie cette posture à lui imposée par la vie depuis sa naissance. « Je ne sais pas pourquoi et je ne m’en plains pas », assume Tanguy Bonou qui se considère par ailleurs comme ‘’le handicapé le plus frais’’ du pays.

Pour lui, ceux qui se plaignent même en étant sans handicap n’ont aucune raison de le faire. Sa vision à lui malgré sa situation est plus large. « Je veux pouvoir m’asseoir à la table des autorités sans qu’on ne tienne compte de mon handicap. Je les vois nous traiter d’instable et ça autodétruit mes ambitions qui, peu à peu m’échappent », a-t-il confié. Artiste, chanteur, compositeur et rappeur par ailleurs,  Tanguy Bonou ambitionne poursuivre ses études et créer un jour son propre cabinet dans son domaine de formation.

Pour la JIPH 2021, l’Organisation des Nations Unies (ONU) a choisi comme thème : «Leadership et participation des personnes handicapées pour construire un monde post-Covid-19 inclusif, accessible et durable.»

Emmanuel M. LOCONON

À propos laprimeur

Check Also

Corruption : la CPD, nouveau dispositif de lutte au Bénin

Au titre des mesures normatives prises en conseil des ministres le mercredi 19 janvier 2022, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

COVID-19
Aller à la barre d’outils