JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
mercredi , janvier 26 2022

UAC – Thèse : Lissette Dègla propose une alternative naturelle pour combattre les parasitoses résistantes

Houédénou Lissette Dègla soutient une thèse sur les parasitoses résistantes

Soutenance de thèse à l’école doctorale Sciences de la vie et de la terre de l’université d’Abomey-Calavi, samedi 27 novembre 2021. L’impétrante, Houédénou Lissette Dègla. Elle a planché devant un jury international dans les locaux de l’Isba, à la Faculté des sciences de santé (FSS). Plus de deux heures d’horloge égrenées, pour restituer les résultats de trois ans de dur labeur de recherche portant sur des solutions naturelles ou traditionnelles pouvant remplacer les produits chimiques utilisés dans la lutte contre les parasitoses chez les animaux domestiques et les hommes.

Des démonstrations scientifiques et pratiques pour prouver une hypothèse évidente : les parasitoses gastro-intestinales résistent de plus en plus aux produits chimiques sur le marché. A travers le développement de sa thèse dont le thème est, « Propriétés anthelmintique, antidiarrhéique, et antioxydante de plantes médicinales à huiles essentielles de la pharmacopée béninoise », Houédénou Lissette Dègla a fait d’une pierre, deux coups. La solution qu’elle propose vise d’une part, à soutenir les éleveurs des animaux domestiques, notamment les ruminants, à réduire les parasites qui attaquent mortellement leurs bêtes. D’autre part, la doctorante prend en compte la santé humaine qui n’est pas aussi épargnée des dégâts parasitaires.

Pour y parvenir, elle a focalisé ses recherches sur trois plantes généralement utilisées par les populations et dont les vertus sont multiples. Il s’agit de l’Ocimum gratissimum communément appelée « Tchiayo » en langue fon, Hyptis suaveolens qui est une herbe aromatique et de l’arbre fruitier Psidium guajava (goyavier). Ses expérimentations au laboratoire ont consisté à extraire de ces plantes, des huiles utilisables dans le traitement des parasitoses gastro-intestinales des animaux, des petits ruminants et des hommes. Etant donné leurs propriétés biologiques qui sont entre autres de réduire les parasites et les infestations, de traiter la diarrhée et les perturbations générées par les parasites au sein de l’hôte.

Selon Dr. Pascal Abiodoun Olounladé, co-directeur de thèse, Houédénou Lissette Dègla vient ainsi de « trouver une alternative aux produits chimiques de synthèse qui sont sur le marché et qui laissent de traces dans la viande des animaux. » Les verres intestinaux hématographies, dit-il, menacent les animaux domestiques, sucent leur sang, causant des dégâts allant de l’amaigrissement à la mort passant par les pertes de poils. La réduction de ces parasitoses qui peuvent être aussi présentes chez l’homme est donc désormais possible selon le directeur de thèse, professeur Latifou Lagnika, grâce à cette solution tirée de notre pharmacopée. C’est donc clair, renchérit-il, qu’il existe de nombreuses ressources naturelles à utiliser pour reverser les résistances observées avec l’utilisation des produits chimiques.

Le jury de six membres, présidé par le professeur Lamine Saïd Baba-Moussa, a particulièrement apprécié la qualité scientifique du travail réalisé par l’étudiante, celle des éléments de réponses apportés aux questions à elle posées, et souligné son grand apport pour la valorisation de la médecine traditionnelle au Bénin. Après en avoir délibéré, le jury composé d’enseignants venus du Bénin et par visioconférence, du Sénégal et du Gabon, a décerné une mention très honorable à Houédénou Lissette Dègla tout en la félicitant oralement pour son travail. Quant au directeur de thèse, sur le plan scientifique, c’est pour la première fois qu’il assiste à une thèse soutenue après onze publications et communications faites préalablement sur le thème par l’impétrante, dans des revues et sur des colloques internationaux. Il recommande à la nouvelle docteur de ne pas rebrousser chemin.

Certes, des barrières financières s’imposent souvent, « mais il y a toujours une solution à tout. C’est un grand projet, un grand programme que nous avons commencé par développer. Donc elle va poursuivre avec nous et d’autres étudiants pour pouvoir aller au bout en vue de sortir des éléments probants pour surtout les éleveurs des petits ruminants ». Un défi que Lissette Dègla est prête à relever. Avec la joie et la fierté d’appartenir désormais à la famille des chercheurs de l’université, elle envisage dans les tout prochains jours, repartir sur le terrain pour faire la restitution de ses résultats à la population cible.

Emmanuel M. LOCONON

À propos laprimeur

Check Also

Prix de la science et de la technologie : Le Pr Basile KOUNOUHEWA hisse le Bénin sur le toit de la CEDEAO

Pr Basile Bruno KOUNOUHEWA Le Pr Basile Bruno KOUNOUHEWA a fait honneur à notre pays …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

COVID-19
Aller à la barre d’outils