JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
mardi , décembre 7 2021

Bénin – Trésors royaux : les enjeux liés à une restitution historique débattus

Au lendemain de l’accueil des 26 trésors royaux du Bénin restitués par la France, une conférence-débat a été animée à Golden Tulip le Diplomate à Cotonou. L’initiative est du ministère du  tourisme, de la culture et  des  arts et porte sur les enjeux liés à cette restitution. Ce sont les éminents historiens Felwine Sarr et Bénédicte Savoy qui se sont chargés d’édifier les participants sur ce thème qui concorde bien avec l’actualité culturelle.

Le tabou de la restitution est brisé. Avec le retour au bercail des biens culturels pillés par la France en période coloniale, le Bénin vient de poser un pas historique devant l’histoire de l’Afrique et de l’humanité. Mais cette restitution de 26 œuvres d’art, estiment les éminents historiens Felwine Sarr et Bénédicte Savoy, est loin d’être « la fin du processus ».

Il s’agit plutôt, pensent-ils, d’un « nouveau départ ». Un départ dont les enjeux sont multiples. Ils en ont parlé à l’occasion d’une conférence organisée le jeudi 11 novembre 2021 à Cotonou. Conférence à l’occasion de laquelle le ministre de la culture, Jean-Michel Abimbola a souligné le rôle capital joué par ces historiens dans le processus de restitution et les a invités à ne pas baisser la garde.

« Nous avions déjà, avec nos partenaires compris l’intérêt d’une coopération scientifique autour des questions du patrimoine. Nous espérons pouvoir, avec votre détermination, garder cette flamme pour le bien de notre peuple », a indiqué le ministre du tourisme.

Alain Godonou est Directeur des programmes Muséales à l’Agence Nationale de promotion des Patrimoines et de développement du Tourisme (ANPT). Il est rempli de joie de vivre ces moments marquants, à la fois de réflexions. « C’est un moment spécial, historique que nous vivons depuis quelques semaines. En ce moment historique, il est évident pour nous de replonger de nouveau dans la réflexion qui précède l’action pour que le combat réussisse », pense-t-il.

Directeur honoraire et fondateur de l’école du patrimoine culturel africain, installée depuis 23 ans à Porto Novo et ayant pour objectif principal de se battre pour que le cap de la restitution soit franchi, Alain Godonou est d’autant plus fier que l’objectif soit atteint. « Je me souviens des premiers moments du premier directeur puisqu’il disait que notre objectif  était que les objets africains puissent retourner au pays », s’en remémore-t-il.

Certes, le Bénin a pu recevoir 26 de ses biens culturels. Mais  «tant qu’il reste à faire, rien n’est encore fini pour le Bénin », a affirmé lors des débats, le Directeur des programmes Muséales à l’ANPT. C’est dire donc que les enjeux d’une telle restitution pour le pays sont variés. Aussi le Bénin joue-t-il sa partition en mettant à contribution ses capacités en termes d’infrastructures, de ressources humaines ainsi que ses capacités professionnelles.

LME

À propos laprimeur

Check Also

Bénin : la France restitue officiellement des biens culturels pillés, Boni Yayi réagit

Boni Yayi, ancien président du Bénin de 2006 à 2016 @Jim Edson L’ancien président du …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

COVID-19
Aller à la barre d’outils