JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
mardi , décembre 7 2021

Débat sur l’avortement : « Pourquoi chercher à vous plaire ?», interroge le député Aké Natondé

Aké, Natondé, député à l’Assemblée nationale du Bénin

A travers le vote de la loi modificative sur la santé sexuelle et de la reproduction, l’interruption volontaire de grossesse (IVG) est désormais légalisée au Bénin. Depuis cette légalisation, le débat est houleux sur la toile, deux camps faisant face, l’un pour et l’autre contre. Ouvertement opposé à cette loi avant même sa validation, le député Aké Natondé n’en démord toujours pas, même s’il reconnait qu’il n’y a plus rien à y faire.

« Je suis contre l’IVG mais la loi est votée et devient loi jusqu’à son éventuel amendement dans un futur proche ou lointain», a lâché Aké Natonté. Le député de la huitième législature avait annoncé quelques heures avant le vote de la loi à polémique, qu’il ne donnerait pas sa voix à la légalisation de l’avortement au Bénin, mettant entre autres en relief le caractère sacré de la vie humaine.

Cependant, à l’issue de la séance tenue dans la nuit du mercredi 20 au jeudi 21 octobre 2021, séance à laquelle le député a démenti n’y avoir pas participé, le oui majoritaire l’emporte. Le droit positif béninois est désormais flexible quant à l’interruption volontaire de grossesse, en attendant la promulgation de la loi par le chef de l’Etat.

Certes, la pratique est légalement approuvée par la représentation nationale, mais Aké Natondé reste campé sur sa position de départ. « Débat sur les avortements : le mal est plus profond que je ne pensais ! », s’est-il exclamé sur son mur Facebook devenu plus attractif ces derniers jours. Et puis à ceux et celles qui disent que c’est ce que tout le monde fait clandestinement, « je réponds FAUX ! Ne généralisez pas vos cas », a lancé l’élu, appelant les uns et les autres à se « repentir » et à « changer de cœur ».

« Seule ma conscience me guide »

Si le député Natondé Aké a été applaudi par les pourfendeurs de la loi N° 2021-12 modifiant et complétant la loi 2003-04 du 3 mars 2003 relative à la santé sexuelle et à la reproduction en République du Bénin, son absence à la séance plénière de cette nuit-là a été mal comprise.  

D’aucuns lui reprochaient de ne pas avoir pu assumer jusqu’au bout sa position. « Ceux qui m’invitaient à jouer les héros se trompent de personne », leur a répondu le natif de Covè avant d’ajouter : « Seule ma conscience me guide ». Ceci dit « pourquoi chercher à vous plaire ?», voudrait-il comprendre.  

Dans l’opinion publique, le débat est tout aussi passionnant en fonction de la conviction et de la valeur que défend chacun. La loi sur la légalisation de l’avortement est pour plusieurs défenseurs des droits féminins un acquis et une avancée. Le contraire chez une autre frange de la population qui dénonce le caractère inhumain de cette législation. Mais la raison de l’avènement de cette loi est claire selon le législateur: encourager l’avortement tout en l’encadrant et en responsabilisant les acteurs.

Emmanuel M. LOCONON

À propos laprimeur

Check Also

« Au Bénin, nulle place au terrorisme et à ses adeptes ! », le Parlement béninois condamne

James William Gbaguidi, porte-parole de l’Assemblée nationale du Bénin @AN Suite aux attaques présumées terroristes …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

COVID-19
Aller à la barre d’outils