JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
mardi , décembre 7 2021

Secteur eau et approche genre : l’INE-UAC promeut le concept GJV

Journée de sensibilisation sur le GJV, Table officielle, INE-UAC/ @SS

A l’université d’Abomey-Calavi, la journée du mercredi 20 octobre 2021 a été consacrée à la sensibilisation des étudiants sur la prise en compte du Genre, Jeunesse et Groupes Vulnérables (GJV) dans les différentes activités de l’Institut national de l’eau (INE). L’initiative est prise par la direction de l’INE en collaboration avec  le Bureau d’union d’entité (BUE-INE). C’est l’amphithéâtre Etisalat qui a abrité l’événement riche en communications, partages et recommandations.

L’objectif derrière une telle activité est clair. Il s’agit essentiellement de faire la promotion du concept GJV surtout au niveau des étudiants, maillon le plus important de l’Institut national de l’eau. C’est une initiative qui s’inscrit dans le cadre du projet OmiDelta mettant principalement l’accent sur la gestion intégrée des ressources en eau. Tous les acteurs de la société ayant une partition à jouer dans l’atteinte des objectifs visés, la journée de sensibilisation des étudiants sur la prise en compte du Genre, Jeunesse et Groupes Vulnérables vient à point nommé, pour replacer non seulement la jeunesse mais aussi les femmes sans oublier toutes les autres catégories sociales, au cœur des actions du secteur eau.

C’est un réel moment de donner et de recevoir entre communicateurs et participants sur des thèmes portant entre autres sur l’état des lieux de la question de genre à l’INE, son importance et les recommandations pour une bonne implémentation du concept GJV dans les habitudes de l’entité. Et quand on parle de genre, selon Dr. Bernadin Elégbédé Manou, représentant du directeur de l’Institut, il ne s’agit nullement de sexe mais plutôt des rôles que la société attribue à une certaine catégorie de personnes. Une approche que confirment les communicateurs dont le Dr. Mohamed Daouda qui entend le genre non pas comme une différence physiologique entre l’homme et la femme, mais comme l’ensemble des rôles masculins et féminins, socialement construits à partir de la différence sexuelle.

LIRE AUSSI Harcèlement à l’université : le professeur Tomety insurgé contre «ces enseignants braconniers »

Pour ce faire, ne pas inclure la jeunesse, les femmes et les couches vulnérables dans le processus de développement conduirait à un échec, pense le professeur Bernadin Elégbédé. Cet échec, l’Institut national de l’eau ne voudrait pas l’essuyer. Aussi donne-t-il priorité à la  discrimination positive tant au niveau administratif qu’estudiantin. Même si l’état des lieux en matière de gestion intégrée des ressources en eau n’est pas complètement reluisant, des efforts ont été consentis par la direction de l’INE.

La recherche de l’équilibre

Les statistiques présentées par Dr. Rita Hounguè, assistante de recherche au département HGRE, affichent une représentativité globale de la femme envoisinant le tiers de l’effectif total avec environ 50 % du personnel essentiellement jeune. Depuis la création de l’Institut en 2013, 31% de femmes sont toujours représentatives. Dès lors, pour corriger ce déséquilibre, priorité devra être donnée, selon les propositions, à la transparence et l’équité, la collaboration et la solidarité, la compréhension, le respect des droits humains, la conscientisation et la prise de responsabilité.

Parvenir à relever les défis nécessite l’implication des acteurs à tous les niveaux hiérarchiques, sans occulter les étudiants. Daniel Akouma, président BUE-INE, a pris l’engagement de jouer sa partition à cet effet. Cette journée qui a démarré par une caravane à travers le campus de l’université d’Abomey-Calavi, a été clôturée en beauté et avec engagement : « *Je suis genre sensible*. Genre  Jeunesse et Groupes Vulnérables (GJV-INE), je m’engage », tel que inscrit sur le Lacoste des uns et des autres.

Par Emmanuel M. LOCONON

À propos laprimeur

Check Also

« Au Bénin, nulle place au terrorisme et à ses adeptes ! », le Parlement béninois condamne

James William Gbaguidi, porte-parole de l’Assemblée nationale du Bénin @AN Suite aux attaques présumées terroristes …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

COVID-19
Aller à la barre d’outils