JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
jeudi , octobre 21 2021

Florent Couao-Zotti : « J’en veux à l’Institut français de Cotonou »

Florent Couao-Zotti

L’écrivain béninois Florent Raoul Couao-Zotti  est fâché contre l’Institut français de Cotonou. Raison, la décision unilatérale prise par les responsables de l’Institut de suspendre le spectacle ‘’Tassi Hangbé, la reine amazone’’ à la veille de sa représentation. L’écrivain a exprimé publiquement sa colère via Facebook le 3 octobre passé.

Le rendez-vous était prévu pour le 1er octobre 2021. Mais à la veille, le spectacle ‘’Tassi Hangbé, la reine amazone’’ a été ajourné sans discussion préalable avec les acteurs impliqués. Alors que l’auteur de la pièce « Tassi Hangbé la reine interdite » d’où est inspiré le spectacle, aurait déjà mené des démarches nécessaires envers des amis au Bénin et à l’extérieur pour les convier à cette représentation.

Après bien des péripéties traversées pour parfaire l’œuvre, indique le dramaturge, « tout était prêt pour que la belle messe ait lieu, que les artistes regroupés dans cette aventure donnent la pleine mesure de leurs talents,  mais l’Institut Français, à la veille de la représentation, sans consultation, sans avis, y a mis fin ».

LIRE AUSSI Prix Nobel de médecine 2021 : voici l’identité des deux lauréats

Une décision qui, dans sa façon d’être rendue, semble aux yeux de Florent Raoul Couao-Zotti,  ‘’incompréhensible, inexplicable, voire suspecte et dommageable’’. Les raisons avancées pour justifier le fait ne l’ont pas convaincu et il estime qu’aux responsables de l’institution, il manque « une once de considération au partenaire que je suis et à tous les autres impliqués dans ce projet. J’en suis déçu et dégoûté ».

Colère légitime, mais…

Une déception, colère légitime et justifiée, commentent plusieurs internautes. Mais elle « devra s’orienter vers nous-mêmes…», analyse Bertin Elomon, enseignant de littérature orale à l’université. En effet, « comment comprendre que plus de soixante ans après notre indépendance la plus grande ville du pays n’ait pas sa propre infrastructure dédiée au théâtre ? » s’interroge-t-il.

Une question à laquelle la plupart des internautes peinent à trouver une réponse adéquate, se contentant juste de déplorer le fait. « Triste réalité », s’exclame un autre. Ce qu’il convient de faire, proposent d’autres, c’est de booster la volonté politique pour la construction des salles de spectacle propres répondant aux normes internationales.

LIRE AUSSI Le Prix Nobel de physique 2021 partagé entre trois lauréats

Mais pour le moment, le spectacle instigué par Coline Toumson Venite Lee, l’ancienne directrice déléguée de l’Institut, et créé par Ousmane Aledji est reporté à une date ultérieure. Dans les commentaires, d’aucuns estiment que le contexte sanitaire imposant un certain nombre de restrictions, justifierait bien cette décision controversée.

LME

À propos laprimeur

Check Also

Bénin – Cinéma : film ‘’Igbo’’, l’univers sacré du culte ‘’Oro’’ sous le projecteur de Marzouk Bankolé

Marzouk Bankolé La maison des jeunes de la commune de Sakété a abrité, vendredi 20 …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

COVID-19
Aller à la barre d’outils