JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
mercredi , octobre 20 2021

Scandale sexuel à l’OMS : des témoignages accablants sur des cas de viol et d’abus en RDC

Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l’OMS, Lundi 24 mai 2021. @(Laurent Gillieron/Keystone via AP)

Entre 2018 et 2020, des dizaines d’employées de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont essuyé des faits de harcèlement sexuel en République démocratique du Congo (RDC). Face à un rapport accablant présenté le 27 septembre passé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l’OMS a présenté ses excuses aux victimes avec la promesse de prendre des mesures drastiques.

Les faits remontent à la période de riposte à la crise sanitaire liée à l’épidémie d’Ebola. Entre 2018 et 2020, les constats faits par les enquêteurs en RDC accusent 83 personnes, auteurs de viols et d’abus sexuels. Parmi elles, 21 employés de l’Organisation mondiale de la santé. La commission d’enquête a recueilli plusieurs témoignages anonymes dans plusieurs localités du pays.

Les victimes, en dépit du contexte social très peu intéressé par la question de genre, ont dénoncé les atrocités subies durant leur parcours en tant qu’employées n’ayant pas le droit de se plaindre. « Pour avancer dans le travail, il fallait avoir du sexe. Tout le monde avait des relations sexuelles en échange de quelque chose. C’était très courant. Je devais même m’y soumettre pour avoir une bassine d’eau pour pouvoir me laver », a témoigné l’une d’elle aux enquêteurs.

LIRE AUSSI Bénin – Cas de viol sur mineures : Abomey-Calavi, commune championne

Des révélations que confirment des responsables politiques des localités concernées. Grâce au travail d’enquête accompli par l’ONG The New Humanitarian, les faits ont ainsi pu être dévoilés sans oublier les cas d’agression subie par d’autres victimes dans des chambres d’hôtel de la part d’agents de sécurité. Certaines victimes s’en seraient même sorties engrossées, menacées aux fins d’avorter.

Cependant, en dépit du fait de les obliger à tenir des rapports sexuels contre un supposé embauchage qu’on leur promettait, « la grande majorité des victimes présumées que l’équipe d’examen a rencontrées n’ont pas obtenu le travail promis malgré leur consentement à des relations sexuelles. Et pour ceux qui ont été embauchés, l’emploi était souvent de courte durée.», ont fait comprendre les sources.

«Je suis désolé»

Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l’OMS est désolé. Il s’exprimait lors d’une conférence de presse à Genève à l’occasion de la publication du rapport final de la commission d’enquête, rapport consulté par notre rédaction. « La première chose que je tiens à dire aux victimes et aux survivants, c’est que je suis désolé. Je suis désolé, désolé de ce qui vous a été imposé par des personnes qui étaient employées par l’OMS pour vous servir et vous protéger », exprime le patron de l’OMS.  

« Ce qui vous est arrivé ne devrait jamais arriver à personne. C’est inexcusable. C’est ma priorité absolue de m’assurer que les auteurs ne sont pas excusés, mais qu’ils sont tenus de rendre des comptes. En tant que Directeur général, j’assume la responsabilité ultime du comportement des personnes que nous employons et de toute défaillance de nos systèmes qui a permis ce comportement », Tedros Adhanom Ghebreyesus.

LIRE AUSSI Crime contre l’humanité : L’ancien chef de guerre Congolais Roger Lumbala arrêté et mis en examen

Le directeur général de l’OMS regrette la situation et promet au nom de l’institution de prendre des mesures idoines pour soutenir d’une part les victimes et corriger d’autre part les défaillances notées dans le système. Ces déballages annoncent  ainsi de profondes réformes structurelles de l’OMS dans les jours à venir.

Emmanuel M. LOCONON

À propos laprimeur

Check Also

A Azowlissè, ils ont dépouillé la caisse de la Vierge Marie

Un cambrioleur louchant par la porte @verisure.fr Au Bénin, l’église catholique Sainte Thérèse de l’Enfant …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

COVID-19
Aller à la barre d’outils