JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
mardi , septembre 21 2021

Vaccin contre la Covid-19 : cette proposition « discutable » de Boni Yayi à l’OMS

Boni Yayi n’est pas satisfait de la manière dont la crise sanitaire liée à la Covid-19 se gère dans les différents pays au plan mondial. L’ancien président de la République du Bénin note une asymétrie entre les pays du nord et ceux du sud et propose une meilleure gestion concertée de la situation.

S’il est vrai que des efforts ont été consentis pour circoncire la pandémie, il n’en demeure pas moins que beaucoup restent à faire pour vaincre l’ennemi invisible. « L’effort doit être poursuivi pour corriger le déséquilibre entre l’Occident et les Pays à faibles revenus concernant l’accès à la vaccination de 60% aux Etats-Unis et de 70% en Europe contre à peine 3% en Afrique », indique l’ancien président Boni Yayi.

Le prédécesseur de Patrice Talon conçoit mal que pendant qu’en Afrique le manque de vaccin se ressent sérieusement, « l’on apprend que 15 millions de doses de vaccin viennent d’être détruites aux Etats-Unis en raison de la date de péremption ». Ce déficit vaccinal combiné avec la défiance vis-à-vis du peu disponible « engendre, dit-il, un nombre de plus en plus élevé de morts évitables ».

Pour y faire face efficacement, l’ex président suggère que des décisions fortes soient prises pour renforcer l’application du vaccin, « seul outil efficace contre le virus ». Par conséquent, Boni Yayi appelle l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à proposer « une obligation vaccinale planétaire, validée si besoin par l’ONU, pour une durée d’environ deux ou trois ans, délai nécessaire pour la maîtrise de la pandémie ». Laquelle décision permettra, selon lui, aux différents états dans le monde de mettre en œuvre plus facilement les vaccinations.

Une proposition discutable d’autant plus qu’elle « ne manquera pas de susciter moult désapprobations », reconnait l’ancien président de l’Union Africaine. Mais il ajoute en conclusion que « l’intérêt individuel s’arrête là où commence l’intérêt collectif à l’échelle planétaire ».


Pierre KOUHONTONDE (Stag)

À propos laprimeur

Check Also

Covid-19 : Armand Gansè recommande la vaccination aux femmes de la Sogema

Armand Gansè, le Directeur général de la Sogema en tournée dans les marchés de tutelle …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

COVID-19
Aller à la barre d’outils