JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
mercredi , septembre 22 2021

Afrique – Démocratie : « Je préfère le Rwanda, de loin, au Bénin par exemple… » Sami Tchak, écrivain togolais

Le président Guinéen, Alpha Condé est renversé par un coup d’Etat, dimanche dernier. Pendant que l’opinion publique internationale s’en émeut avec joie pour les uns ou regret pour les autres, l’écrivain Togolais, Sami Tchak jette un regard plus objectif sur la question soulignant au-delà du fait, les insuffisances de la démocratie consacrée dans les pays africains.

Un énième coup d’Etat qui soulève une problématique cruciale : le rôle de la démocratie en Afrique. Si d’aucuns soutiennent mordicus qu’un régime politique dans lequel tous les citoyens participent aux décisions politiques au moins par le vote, est l’idéal pour le développement du continent, d’autres comme l’écrivain Togolais, Sami Tchak préfèrent garder une certaine distance pour mieux apprécier les implications d’une telle option.

Non fanatique de la limitation des mandats, un des principes phares de la démocratie, « moi qui ne sacralise pas la démocratie, je ne pleure pas son arrêt brutal là où elle n’était déjà plus qu’une ridicule ‘’bananerie’’ », a déclaré Sami Tchak, faisant allusion au coup d’Etat en Guinée. Parlant du président déchu, Alpha Condé, « un vieil homme de 83 ans s’estimait encore indispensable à la tête d’un pays où, après deux mandats, il avait trouvé le moyen d’entamer un troisième. Pourquoi faire?», peine-t-il à comprendre.

LIRE AUSSI Gerry Komandega Taama : « Un jeune chef d’entreprise est comme une pute…», selon le député togolais

Le Grand prix littéraire d’Afrique noire (2004) ne partage pas l’idée d’une démocratie s’érigeant comme facteur du progrès d’une nation. Il souhaite plutôt la résurgence des pouvoirs révolutionnaires, très forts « à la Rawlings et à la Sankara ». Ceci permettra analyse-t-il, de « faire le ménage, mettre le peuple au travail derrière des objectifs précis, s’affranchir de nombre des vassalités systémiques, ne pas céder à la sacralisation de certaines formes de libertés… ».

Ainsi, mettre une barre sur « les comédies des urnes » serait pour lui un objet de réjouissance et « j’applaudirais », confie-t-il. Le Ghana, sous Rawlings a connu un nouveau départ avant l’avènement de la démocratie. Mais « depuis qu’elle y est instaurée, les choses se sont plutôt dégradées », déplore l’auteur de Place des Fêtes.

Rwanda VS Bénin

Le cas du Rwanda. Ce pays souvent cité en exemple n’est pour autant pas catholique en matière démocratique. « Eh ben, la démocratie n’y est pas appliquée, le pays est dirigé par un pouvoir fort avec une vision », souligne le sociologue. Ceci dit, entre le Bénin de Patrice Talon et le Rwanda de Paul Kagamé, Sami Tchak a fait son choix.

« Je préfère le Rwanda, de loin, au Bénin par exemple, pays où, pour le moment les règles de l’alternance sont respectées ou presque, mais où il ne se passe rien qui mérite éloge », lâche-t-il sans emphase.

Togolais d’origine, Sami Tchak est né en 1960. Il est auteur de plus d’une quinzaine d’ouvrages, romans, essais et autres. Il vit en France depuis plusieurs années.

LIRE AUSSI Reckya Madougou : une affaire d’espionnage de son WhatsApp qui fait penser au Togo

À propos laprimeur

Check Also

Bénin – Parlement: le président de l’Unamab reçu par Louis Vlavonou

Le président de l’Unamab reçu par le président Vlavonou Jacques Hounsou, président de l’Union Nationale …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

COVID-19
Aller à la barre d’outils