JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
mercredi , septembre 22 2021

La francophonie économique, recette de la France pour reprendre la main en Afrique

Réunion annuelle d’été du Medef, @Le Point

La Chine, la Turquie, le Maroc, l’Afrique du Sud en plus de ses concurrents directs et traditionnels en Afrique que sont les autres puissances, la France fait face de plus en plus à une forte concurrence géopolitique mais surtout économique. Elle perd de son influence traditionnelle et la situation ne s’en va que s’aggravant. Pour renverser la tendance, la francophonie semble être l’outil choisi.

Mardi 24 août 2021, près de Paris s’ouvre la réunion annuelle d’été du Medef, à l’hippodrome de Longchamp. Des invités peu ordinaires prennent part cette année à cette rencontre plutôt française. Le président malgache Andry Rajoelina, le Premier ministre ivoirien, environs moins 30 autres personnalités venues du continent noir. À cette université d’été du Medef, rebaptisée depuis trois ans en Rencontre des entrepreneurs de France (REF), le ton est de l’ordre de la recherche des moyens pour lancer la francophonie économique.

LIRE AUSSI Bénin – France : « …il n’y a pas de nuage à l’horizon », rassure Wilfried Léandre Houngbédji

De Patrick Achi le premier ministre ivoirien à Geoffroy Roux de Bézieux, le patron de Medef la dynamique était la même dans le discours : « oser », « la francophonie économique est une nécessité », « réseau », « catalyseur ». Pour la France et visiblement pour les acteurs politiques invités, la francophonie doit résonner économie. C’est une nouvelle orientation qui fait écho à la soif de plus en plus ardente de l’hexagone de retrouver sa superbe puissance perdue depuis l’émergence de nouvelles influences économico-stratégiques sur le continent.

Sur les deux rives

Si la Francophonie c’est 88 États et de gouvernements avec 300 millions d’habitants qui pèsent 16 %, l’orientation que prennent les réflexions se tourne vers l’Afrique. Dynamisme démographique, vivier mondial de ressources naturelles la Francophonie économique rêvée, veut prendre son essor du continent. Le premier ministre va d’ailleurs proposer Abidjan comme ville qui doit abriter le sommet de la prochaine francophonie économique.

« Je voudrais vous proposer que cette rencontre qui en appelle forcément d’autres, puisse désormais se tenir alternativement sur les deux rives de notre monde francophone, et vous convie ainsi, toutes et tous, en 2022 à Abidjan pour, à l’air libre de cette Afrique nouvelle qui a soif d’ambitions et de progrès, voir grandir ces projets d’une Francophonie économique toujours plus conquérante et rayonnante.» va-t-il lancer au parterre de participants à cette rencontre des entrepreneurs de France.

LIRE AUSSI France – Pass sanitaire : les locaux de l’Ordre des infirmiers vandalisés à Toulouse

Pour l’Afrique, le deal de la francophonie économique a une double ambition avec pour chaque partie un intérêt évident. Les francophones d’Afrique veulent d’une Francophonie moins politico-institutionnelle. Ils réclament depuis longtemps un espace plus business à l’image de Commonwealth.

Rattraper le retard

La revendication politique prend corps surtout que la France est accusée de se faire trop coquine face à certains États malpropres démocratiquement et de faire le gendarme face à d’autres. Faire de la francophonie une machine économique plus qu’institutionnelle permet à Paris de se laver de ce reproche devenu trop pesant. La France va également en profiter et rattraper un retard criard sur le continent.

Le retard à rattraper, c’est près de la moitié des parts du marché perdue par l’hexagone au profit de la Chine, la Turquie, le Maroc, l’Afrique du Sud et bien d’autres acteurs nouveaux et anciens. La faisabilité de la francophonie économique et de beaux apparats. Son attrait semble garantir par l’élan optimiste qui la porte. Le continent en veut, et côté Paris l’initiative est portée par les privés qui veulent relancer le français en langue d’opportunité.

À propos laprimeur

Check Also

Côte d’Ivoire : importante découverte pétrolière annoncée, Ouattara entrevoit l’avenir autrement

Alassane Ouattara, président de la République de la Côte d’Ivoire Le ministre ivoirien des mines, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

COVID-19
Aller à la barre d’outils