JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
mercredi , septembre 22 2021

Bénin – Cinéma : film ‘’Igbo’’, l’univers sacré du culte ‘’Oro’’ sous le projecteur de Marzouk Bankolé

Marzouk Bankolé

La maison des jeunes de la commune de Sakété a abrité, vendredi 20 août 2021 la projection de l’avant premier du film Igbo. Une réalisation du cinéaste béninois Marzouk Bankolé, cette production cinématographique est une œuvre qui plonge les cinéphiles dans le monde sacré du dieu protecteur de la forêt. L’événement a réuni autorités et passionnés du cinéma dans une salle à accès libre et gratuit.

Montrer la culture de Sakété à l’international. L’objectif de Marzouk Bankolé en produisant ce film est clair. De cette façon, le jeune béninois voudrait contribuer au développement de sa commune et par ricochet du Bénin tout en entier à partir de la culture. Pour lui en effet, il est certes difficile pour les cinéastes béninois de monter un film. Mais cela ne devrait pas être un prétexte pour baisser les bras.

« Mon objectif ce n’est pas l’argent mais on veut parler de Sakété, on veut parler de notre identité à l’international », a-t-il martelé, fier et confiant que l’œuvre fera écho au-delà des frontières. Tout en saluant le sens d’hospitalité des dignitaires du culte Oro et en remerciant ceux-là qui n’ont ménagé aucun effort pour le soutenir dans la réalisation de ce film, il a estimé qu’une production audiovisuelle qui apporte un plus au débat portant sur comment fonctionne le culte Oro devrait être célébrée.

Ce n’est d’ailleurs pas la marraine de l’événement qui dira le contraire. L’honorable Bissiriou Awaou a pris la parole pour reconnaitre la qualité du travail abattu par un talent local en évoquant aussi pourquoi avoir accepté parrainer cet événement. Quant au directeur César Godonou, il félicite, au nom du ministre de la culture, le réalisateur et invite tous à continuer à le soutenir.

La densité d’une divinité portée à l’écran

Parlant du film, il n’a pas été avare en termes d’appréciation. « La trame du film que nous suivrons dans un instant est bâtie sur l’histoire du fétiche Oro, un culte très conservé dans le département du Plateau et symbole du patrimoine culturel, riche, dense et super électrique », dit-il. Il s’agit d’une réalisation, apprécie-t-il, qui retrace l’historique de la divinité Oro dont le rôle sacré au sein de la société n’est plus à démontrer.

« Il purifie la société à laquelle il appartient et il la débarrasse des mauvais sorts. Seuls les initiés y ont accès car Oro est très sacré et fait partie de la classe des plus grands vodouns. Oro n’a pas d’adeptes, mais d’initiés. Il est exclusivement réservé aux hommes et érige forcément domicile dans une forêt qui devient de ce fait, sacrée. D’où Igbo », révèle César Godonou.

C’est un culte qui est célébré courant août de chaque année dans le Plateau. A cet effet, les initiés se livrent pendant 17 jours à des rituels et des sacrifices qui se font sur le concours de Ifa. Divinité redoutée, mythique qui a des cris de ralliement, « Oro est pour Sakété  et pour le Plateau ce que représente le chocolat pour les européens. Il est donc important de le promouvoir. »

D’où l’importance du film ‘’Igbo’’ qui vient enseigner, éclairer et même inspirer. Sûr de ce changement positif que peut opérer ce court métrage à travers le message qu’il véhicule pour éveiller les consciences collectives, le directeur a marqué sa présence aux côtés du jeune talent.

L’horizon vers d’autres cultures de l’air nago

Sentiment de fierté aussi de la part de Alphonse Omores Baba Isalè Oro de Sakété qui entrevoit dans ce film l’ouverture d’un horizon vers la valorisation d’autres cultures de l’air nago. « Ensemble, nous allons valoriser nos cultures pour le développement de notre commune, pour le développement du Bénin et de l’Afrique », a-t-il déclaré invitant tous ses compatriotes quel que soit leur bord religieux, à se rallier à la cause.

Car « à chaque continent sa religion. Et les cultures endogènes, c’est la religion de l’Afrique. ». Il faut noter que les participants  à cet événement sont rentrés très satisfaits de la qualité de ce chez d’œuvre. Un film qui sera projeté en Côte d’Ivoire lors de la grande messe du cinéma ‘’Clap Ivoire’’ du 6 au 12 septembre, où le Bénin sera représenté par Marzouk Bankolé.

À propos laprimeur

Check Also

Gbèmanwonmèdé : cette action de Moele-Bénin pour honorer l’artiste

Gbèmanwonmèdé Table ronde, concert géant. Le menu est bien concocté pour le samedi 28 août …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

COVID-19
Aller à la barre d’outils