JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
mercredi , septembre 22 2021

Côte d’Ivoire : le FPI « confisqué », Gbagbo annonce la création d’un nouveau parti

Laurent Gbagbo, ancien président de la Côte d’Ivoire

En Côte d’Ivoire, l’ex président Laurent Gbagbo se sépare officiellement de ses anciens compagnons du parti Front Populaire Ivoirien (FPI). L’ancien pensionnaire de la Cour Pénale Internationale (CPI) a fait cas, lundi dernier, de son intention de créer un nouveau parti politique.

Entre Laurent Gbagbo et Affi N’Guessan c’est fini. Les deux hommes politiques se font définitivement dos à l’issue de la rencontre du comité central du Front populaire ivoirien (FPI) tenue à Abidjan le lundi 9 août 2021. Laquelle rencontre a permis de décider de ce divorce politique qui semblait se dessiner alors que le fondateur du parti coulait toujours ses jours à la Cour pénale internationale.  

LIRE AUSSI Côte d’Ivoire : Ouattara confie le ministère de la défense à son jeune frère

Si les démarches menées depuis Bruxelles pour réconcilier ses militants éclatés en deux camps : le FPI ‘’Gbagbo ou rien’’ et le FPI dit statutaire et conduit par Pascal Affi N’Guessan n’ont pas abouti, Laurent Gbagbo n’a pas voulu encore trop tirer la ficelle.

Revenu au bercail après dix ans passés à la CPI, le prédécesseur de Alassane Ouattara a pris la décision qui selon lui semble plus convenable : il a décidé de laisser place à l’ex-chef de gouvernement et de créer son propre parti.  Ceci, pour ne pas trop se peiner à arracher un outil  saisi par un ancien collaborateur. « Notre  seul instrument de lutte politique est confisqué par monsieur Affi N’Guessan et malgré les nombreuses initiatives pour le raisonner il s’arcboute sur sa soi-disant ‘’légalité’’ », a-t-il martelé, selon un communiqué du parti publié au terme de la rencontre du lundi.

Prendre acte sans bataille

En tout cas, Laurent Gbagbo considère que son ancien allié a pris « en otage le FPI, foulant ainsi au pied les années de sacrifice des militantes et militants du parti ». Par conséquent, il prend acte de cette « volonté et de l’obstination de monsieur Affi N’Guessan » de faire sien le parti.

LIRE AUSSI COTE D’IVOIRE: « Je serai satisfait quand mon pays va retrouver la vraie paix, la vraie démocratie , ….», Meiwey

Néanmoins, il n’envisage aucunement une bataille juridique. Aussi a-t-il simplement opté pour la mise en place « d’un nouvel instrument de lutte conforme à notre idéologie et nos ambitions », lit-on dans le communiqué. A cet effet, les dispositions seraient en train d’être prises et le congrès constitutif pourrait se tenir courant octobre prochain selon les informations.

Par Kadmielle VIHOTOGBE (Stag)

À propos laprimeur

Check Also

Soudan du Sud : la société civile exige la démission du président et de son vice-président

Riek Machar (à gauche) et Salva Kir (à droite), @Getty Images La société civile Sud-Soudanaise …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

COVID-19
Aller à la barre d’outils