JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
mardi , septembre 21 2021

Porto-Novo – Choix contesté du 3è adjoint au maire : une vaine cabale à dessous politique

La désignation du remplaçant de la troisième adjointe au maire de Porto-Novo récemment décédée est sujette à polémique au sein de la commune. Entre les militants du parti Union Progressiste (UP) de la commune de Porto-Novo, c’est l’accrochage ces derniers jours d’autant qu’un groupuscule de conseillers s’oppose au choix opéré par le parti qui en a pourtant les prérogatives légales.

Indignés, ils sont. Des militants UP du 4è arrondissement de la ville de Porto-Novo réunis dans un collectif, ne sont pas en phase avec la manière dont le prochain 3è adjoint au maire de la commune a été désigné. Ils l’ont notifié au coordonnateur UP de l’Ouémé à travers une lettre d’indignation. Ces contestataires disent s’insurger « contre l’argument selon lequel nos conseillers ne s’entendent pas et risquent de s’entretuer à cause de ce poste ».

LIRE AUSSI Bénin-Politique : Un autre mouvement se glisse sous l’ombrage de l’Union Progressiste ; les raisons

Mais à analyser, cette polémique qui se nourrit autour de la désignation de François Honvou du 2è arrondissement n’aurait pas sa raison d’être.
En effet, conformément au code électoral, le choix du maire et des conseillers est laissé à la charge du parti politique auquel sont issus ces élus.

Dans son article 89, alinéa 1, la loi n°2020-l3 du 04 juin 2020, portant interprétation, complétant la loi n° 2019-43 du novembre 2019 portant code électoral, dispose : « le maire et ses adjoints sont désignés par le parti ayant obtenu la majorité absolue des conseillers ». Il en résulte que seul le parti politique est habileté à décider de qui briguera tel ou tel poste pour rester dans l’esprit du système partisan.

Le choix du maire et de ses adjoints n’incombe donc pas à un ou des individus. Mais cette discipline de groupe tarde à entrer dans les habitudes. Le cas des trois conseillers contestataires fait écho actuellement et il susurre dans les coulisses que ces derniers s’indignent parce que convoitant ardemment le poste de troisième adjoint au maire précédemment occupé par Clémence Houssou.

Crise sans précédent

C’est d’ailleurs pour éviter le pire que les responsables UP auraient purement et simplement décidé de choisir carrément le remplaçant dans un autre arrondissement. Ce qui n’est pas du goût des conseillers militants qui expriment leur désaccord. La décision n’a donc pas fait unanimité.

LIRE AUSSI Bénin – Système partisan : la réforme suspendue au futur politique de Abimbola

Dans une correspondance adressée au coordonnateur UP de l’Ouémé, Louis Vlavonou, ils réclament le retour de ce poste au 4è arrondissement et se disent prêts à signer un engagement pour que celui qui sera désigné puisse terminer en beauté son mandat. « Arracher ce poste au 4è arrondissement après le décès de madame Clémence Houssou est un coup de poignard au dos qui risque de frustrer bon nombre de militants à la base et de faire profiter nos adversaires.

Au cas où ce poste serait accordé au 2è arrondissement, il y aura une crise sans précédent au sein du parti à Porto-Novo », ont-ils écrit dans leur lettre au président Louis Vlavonou. Selon les informations, les ficelles seraient tirées par une personnalité politique de la circonscription qui opte pour la voix de division, son candidat n’étant pas choisi pour occuper le poste de troisième adjoint au maire.

La télécommande

Une manœuvre télécommandée et qui défie la règle désormais sacrosaint de discipline de groupe intégrée par le parlement avec l’adoption de la loi complétive et explicative du 04 juin 2020. La manœuvre est malvenue et sort de tout cadre législatif. D’autant plus qu’en aucun trait, les textes ne prévoient pas un remplacement arrondissement pour arrondissement des maires et adjoints aux maires en cas de vacances de poste.

LIRE AUSSI BENIN-POLITIQUE: « Les Démocrates » ou lincroyable épopée de Houndété et Cie

Depuis l’avènement des réformes du système partisan, l’Union Progressiste a su faire face aux défiances tout en consolidant son groupe. Le parti s’est montré jusqu’ici des plus solides face aux tentatives de distraction de certains éléments. Ce dernier cas ne saurait faire exception. Le coordonnateur départemental du parti appuyé par les instances nationales qui veillent aux grains, saura arracher le mal à la source pour laisser le baobab poursuivre son enracinement.

La Primeur

À propos laprimeur

Check Also

Femmes les plus influentes d’Afrique : Mariam Chabi Talata dans le top 100

Elles sont 100 femmes du continent noir. Identifiées par l’agence Avance Media, spécialisée dans les …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

COVID-19
Aller à la barre d’outils