JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
mercredi , juillet 28 2021

Biens mal acquis, la France veut mettre un terme au tourisme de l’argent volé en Afrique

C’était un projet de loi scruté attentivement dans certains pays africains. Il a été adopté mardi 20 juillet 2021. La France devrait pouvoir rendre aux populations l’argent détourné par des chefs d’État ou leurs proches impliqués dans des procédures judiciaires. La loi, en clair, acte la possibilité pour Paris de retourner aux populations les millions d’euros au moyen de financement des actions de développement.

Si dans l’opérationnel la restitution des biens mal acquis va prendre du temps, la France envoie un message qui devrait ralentir les élans et envies d’amasser des biens en étant au pouvoir ou proche du pouvoir et aller en tourisme bancaire en Europe. Un nouveau jour presque pour certains pays africains où les princes et leurs enfants peuvent se gaver à l’intérieur, sortir aussi les valises pleines de liasses et aller en confier la gérance aux structures dans des procédures occultes connues mais impunies. C’est la fin d’une ère qui replace la morale au cœur des relations entre les dirigeants des pays africains et la France.

Dans une période où Paris se débat contre l’accusation couver les régimes à tendance de mauvaise gouvernance, et qu’en plus le pays doit faire face au sentiment anti français de plus en plus grandissant et même hostile dans certaines de ces anciennes colonies, le gouvernement Macron semble miser sur ce dossier pour s’adjuger un répit sentimental. Mais rien n’est gagné d’avance surtout que la redistribution et les conditions y afférentes sont fixées aux conditions et la volonté de l’Etat français. En récusant vivement les accusations qui pensent que Paris se joue les gendarmes, le gouvernement ne manque aucune occasion pour passer en position de décideur unilatérale au profit des Etats et des populations africaines.

       Agence Française de développement en action en Afrique avec l’argent récupéré chez les dirigeants ou membres des clans de dirigeants, on est proche de vivre cette réalité. Dans des pays comme la Guinée Equatoriale, les populations doivent être attentives et intéressées par les débats qui se déroulent à Paris. Les avoirs du vice-président de la Guinée équatoriale, Teodorin Obiang, dont le procès est en cours, sont estimés à 150 millions d’euros. Pendant que les dépenses de santé de la Guinée équatoriale en 2017 n’ont pas dépassé 63,2 millions d’euros. Ailleurs, le débat sera aussi scruté. Il s’agit entre autres de la Tunisie, du Gabon, du Congo-Brazzaville et du Liban. Dans le dossier Riad Salamé, le Liban rejoint la liste des pays africains comme pour faire exception à la règle.

À propos laprimeur

Check Also

Condamnation en Angleterre du fils du président équato-guinéen Obiang, Malabo prend sa première décision

Samedi 24 juillet, 3 jours après la condamnation par la justice britannique du vice-président et fils du président équato-guinéen, Malabo avait déjà fustigé "Les sanctions sans fondement imposées par le gouvernement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

COVID-19
Aller à la barre d’outils