JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
mercredi , septembre 22 2021

Bénin : un vent de dissolution ou de fermes réformes guette l’ANATT

C’est sans nul doute, le dossier de la semaine. 4 ans de gestion pour faire passer à côté de la caisse de l’Etat 13,6 milliards. L’audit de la gestion de l’Agence nationale des transports terrestres (Anatt)révèle de graves malversations financières qui ramènent les esprits à une évidence : le fléau demeure et la réplique doit être tout autant proportionnelle.

Les béninois croyaient le mal derrière eux. Mais sans compter sur la témérité de certains agents et dirigeants d’entreprises d’Etat. Patrice Talon a beau sanctionner pour donner des exemples, il en a encore qui ne savent pas que le tam-tam a changé de rythme. L’audit de l’ANATT en donne la preuve. A cet exemple qui nous ramène aux heures où la gabegie a été au Bénin l’art de gouverner et de gagner plus qu’il n’en faut, la réplique doit être proportionnelle. Il faut à cette agence, de sévères réformes ou carrément la peine maximale : la dissolution

Pour moins que ça, des agences ont disparu de l’organigramme des structures étatiques. Ces structures avaient en plus l’excuse de ne pas avoir commis des malversations et anomalies en temps de rupture. Qu’en plein règne de Patrice Talon, le chantre de la bonne gouvernance et de l’assainissement de la gestion financière qu’une agence remette en question sa détermination, le président de la République ne va pas manquer de sévir.

Certes, des personnes impliquées vont faire face à la justice, mais le sort et la suite à donner à l’Agence nationale des transports terrestres restent la grande préoccupation. Le rapport de l’audit lui-même parle de cadre « réglementaire inadéquat ». Quand on ajoute à cela, les 200 francs indument perçus chez chaque usager au moment de la fixation des plaques sans oublier le tas de plaques d’immatriculation de véhicule à 4 roue d’une valeur estimée à 859 de F CFA, une seule conclusion coule de source : par chance si demain encore l’ANATT va continuer d’exister, elle sera tellement réformée que même les agents vont se croire ailleurs. Sinon, elle risque la dissolution.

À propos laprimeur

Check Also

USA : 10.000 dollars pour qui dénonce un avortement au Texas

Des manifestants pro-avortement protestant contre la loi sur l’avortement @Saul Loeb/AFP Le Texas vient d’adopter …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

COVID-19
Aller à la barre d’outils