JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
mercredi , juillet 28 2021

Super ligue pro, quand la violence défit les efforts des dirigeants

Romaric Sossa est interdit d’accès aux stades béninois. C’est la sanction prononcée par la commission d’organisation et d’homologation des compétitions de la Ligue de football. La sanction fait suite aux incidents survenus à Lokossa le 19 juin à l’occasion de la rencontre au sommet qui opposait les deux leaders du championnat national.

Que les sanctions tombent, les élans vont se raisonner et la violence va se contenir. Sauf que la tournure que prennent les violences qui se succèdent stade après stade méritent inquiétude surtout que pour les derniers évènements se sont les clubs fars, les leaders qui sont impliqués. D’ailleurs, la commission d’organisation et d’homologation de la ligue dans sa décision avertit qu’il y a encore des matchs à risque.
Cette propension violente fait tache d’huile. Ce mercredi, Super ligue pro, quand la violence défit les efforts des dirigeants. De deux pour ESAE dont les matchs finissent curieusement en danger pour les arbitres. Tout comme les buffles dont les supporters ont ce weekend offert un deuxième spectacle qui mérite de s’y attarder.


Les Buffles du Borgou, de la gloire à la rixe


Buffles CF du Borgou sur l’échiquier national du football c’est un géant. Un géant au palmarès évocateur. 3 titres de champions du Bénin, des participations aux compétitions africaines. Une chaleur à chaque sortie et d’emblématiques joueurs qui ont fait vibrer pas seulement les Parakois mais tous les férus du football béninois. Un tel club, le voir mêlé aux histoires de violence fait hic et inspire étonnement.


Buffles FC ces dernières années c’est la perfection dans l’organisation. Rare club à se hisser à toutes les tentatives de championnat au carré d’as. C’est bien ce club dont tout le monde se souvient de la bonhomie de Petit Sorry, des coups d’éclat de Alassane Mohamed qui aujourd’hui à Lokossa et Parakou sombre dans des implications violentes avec des supporters peu enclins à se maitriser les nerfs. Si Buffles FC s’en sort haut les mains, il n’en demeure pas moins que ses supporters et les supporters de ESAE FC ont ramené le niveau de sécurité sur nos stades à un point où la militarisation s’impose à l’occasion des matchs.


Le 23 juin supporters de Buffles FC ont récidivé en arrosant leur stade de cailloux, obligeants les officiels à se réfugier avec les joueurs au milieu de l’air de jeu, loin et hors de la portée de la violence des cailloux. Des cailloux ? Représailles face à un arbitrage jugé peu catholique. Et surtout réaction à un but qui a scellé le sort du club de la cité des Koubourou, et qui pour les supporters est hors-jeu. L’image était pathétique. Et nous ramène chacun face à sa responsabilité dans un élan collectif d’un football qui aime balbutier.

À propos laprimeur

Check Also

Condamnation en Angleterre du fils du président équato-guinéen Obiang, Malabo prend sa première décision

Samedi 24 juillet, 3 jours après la condamnation par la justice britannique du vice-président et fils du président équato-guinéen, Malabo avait déjà fustigé "Les sanctions sans fondement imposées par le gouvernement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

COVID-19
Aller à la barre d’outils