JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
mercredi , septembre 22 2021

Environnement : L’enfer que nous prépare le dérèglement climatique, selon un rapport onusien

C’est un document alarmant qui a été publié ce mardi 23 juin par l’AFP sur l’avenir incertain que le dérèglement climatique réserve à l’humanité. Il s’agit d’un projet de rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat. Il contient de troublants indices et conclusions qui vont prédisent l’aggravation certaine des réalités environnementales que le monde subit déjà.

Le Giec, fait une projection dans son projet de rapport. Dans 30 ans soit vers 2070 rien ne sera plus comme aujourd’hui prévient le groupe d’experts onusiens. Pénurie d’eau, exodes, malnutrition, extinction d’espèces… Le dérèglement climatique va métamorphoser la nature et instaurer un état de fragilité humaine aggravée. Si l’on a souvent cru en la possibilité de ralentir l’émission des gaz à effet de serre pour amoindrir le choc environnemental le Giec donne le ton d’un changement de conception. Selon son rapport, quel que soit le rythme de réduction des émissions de gaz à effet de serre, les impacts dévastateurs du réchauffement sur la nature et l’humanité vont s’accélérer. « Le pire est à venir, avec des implications sur la vie de nos enfants et nos petits-enfants bien plus que sur la nôtre », martèle le Giec

Le résumé technique du document qui fait 137 pages laisse en conclusion une note inquiétante selon laquelle, l’humanité ne peut pas se remettre d’un changement climatique majeur. Alors que « La vie sur Terre peut se remettre d’un changement climatique majeur en évoluant vers de nouvelles espèces et en créant de nouveaux écosystèmes ».

Ils sont des centaines d’experts à avoir contribué à la rédaction du projet de rapport. Il s’agit d’hommes et femmes qui font autorité dans le domaine. La réputation du Giec ne souffre d’aucun débat par ailleurs. Le document bien qu’alarmant laisse de traces des notes d’espoir qui dépendent de la volonté et de la détermination de l’humanité à se conserver en faisant face à ce qui se dresse comme une épreuve. Des mesures promptes et efficaces peuvent changer le cours des prévisions cataclysmiques. Et c’est ce que veut le Giec de la part des Etats, des décideurs. Les experts onusiens semblent avoir de toute évidence pris le pari de créer le choc pour rappeler à l’humanité la chance d’avoir toujours son destin en main.

Une onde de choc et une lampe pour éclairer les décisions politiques. Le projet de rapport  d’évaluation complet de 4 000 pages est plus alarmiste que le précédent de 2014. Il sera officiellement publié en février 2022, après son approbation par consensus par les 195 États membres. Entre temps, les cruciales réunions internationales sur le climat et la biodiversité prévues fin 2021 vont se tenir

À propos laprimeur

Check Also

Bénin – Environnement : Criminalité faunique, la sensibilisation  »répressive » pour freiner les trafiquants

Plusieurs dizaines de trafiquants sont pris en flagrant délit de commercialisation de trophées d’espèces intégralement …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

COVID-19
Aller à la barre d’outils