JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
lundi , septembre 20 2021

Masters MPI et CII de la chaire OMC : l’université Senghor lance officiellement la formation de la 2ème promotion d’auditeurs

La Chaire Organisation mondiale du commerce (OMC), sise à Akpakpa à Cotonou, a abrité dans la soirée du lundi 15 mars 2021, le lancement officiel des Masters Management des Projets Internationaux (MPI) et Commerce International et Intégration (CII) de l’université Senghor. Les enseignements pour le compte de la deuxième promotion ont été lancés par le biais d’une cérémonie sobre ayant réuni les anciens et nouveaux auditeurs ainsi que les responsables en charge de ce programme.

C’est parti pour une nouvelle année académique riche en couleurs. L’Université Senghor a officiellement lancé ce lundi la formation de la deuxième promotion des auditeurs inscrits dans le cadre du programme de formation Master 2 en Management des Projets Internationaux et en Commerce International et Intégration. La cérémonie de lancement intervient au terme du processus d’inscription lancé par l’Université sur sa plateforme et au bout duquel une douzaine d’auditeurs ont été enregistrés pour suivre cette formation qualifiante conformément aux exigences du système LMD.

Dans son mot de bienvenue à cet effet, le coordonnateur du programme, Alain Babatoundé a précisé qu’il s’agit d’un lancement conjugué de deux masters dont le second, CII est interne à la chaire. Cette année, a-t-il expliqué, grâce à l’autorisation de l’Université d’Abomey-Calavi qui est une structure partenaire, l’université Senghor a pu intégrer un Master de recherche en Commerce International et Intégration dans son programme de formation.

Pendant que les auditeurs de la première promotion de l’année académique 2019-2020 s’attèlent actuellement pour la rédaction de leurs mémoires de fin de formation qu’ils soutiendront courant avril 2021, les nouveaux inscrits viennent de prendre la route dans un haut lieu de savoir où la qualité est de mise. En effet, des témoignages faits par deux anciens auditeurs, il ressort que la formation donnée au sein de cette université internationale de langue française au service du développement africain est d’une scientificité remarquable.

Moïse Sodokin, un ancien auditeur, insiste surtout sur le profil professionnel des enseignants qui, selon lui, est très riche et diversifié, permettant ainsi d’enrichir les échanges et de donner plus de la qualité à l’enseignement. Le caractère international du diplôme décerné est aussi pour lui un aspect capital à prendre en considération.

Qualité assurée

Pour sa part, son confrère Stéfano P. Amèkoudi, togolais d’origine ne dira par le contraire. Il apprécie la renommée de l’université Senghor et témoigne surtout de ce que cette dernière « porte votre carrière à un autre niveau » plus élevé. Faire partie de la première promotion a été pour lui une belle découverte dans un environnement très cosmopolite avec des gens très aguerris sur les notions à enseigner. La période de la formation, dit-il, lui a permis de côtoyer des personnalités de hauts niveaux non seulement sur le plan national mais également à l’échelle internationale, et de développer un réseau de plusieurs compétences.

Autant de témoignages élogieux sur lesquels le Secrétaire scientifique de la Chaire OMC reviendra dans son discours de lancement de la formation pour confirmer notamment le souci de l’excellence qu’a la prestigieuse université. En tout cas, l’expérience corrige mieux que les conseils, dira Alastaire Alinsato pour rassurer en fait les nouveaux venus et les mettre dans un meilleur état d’esprit pour mieux suivre les modules prévus. Avant d’inviter ces derniers à faire preuve d’assiduité durant le déroulement de la formation, il a reprécisé les contours du système d’enseignement et le timing prévu à cet effet.

A noter qu’au début de la cérémonie de lancement, le Recteur de l’université Senghor s’est adressé à l’assemblée à travers une vidéo enregistrée d’avance. Thierry Verdel a essentiellement présenté l’université, les formations qu’elle offre, sa mission et les objectifs qu’elle s’est assignés depuis sa création. Institution de 3e cycle, l’Université Senghor à Alexandrie a pour vocation de former et de perfectionner des cadres africains et des formateurs de haut niveau et d’orienter leurs aptitudes vers l’action et l’exercice des responsabilités dans certains domaines prioritaires pour le développement. Elle s’est délocalisée dans plusieurs pays de l’Afrique francophone dont notamment le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, le Congo, le Gabon, la Mauritanie et le Niger.

Par Emmanuel M. LOCONON

Dans le flux

À propos laprimeur

Check Also

Bénin : opportunité de formations diplômantes et continues au Cradat à Yaoundé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

COVID-19
Aller à la barre d’outils