JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
lundi , septembre 20 2021

Interdiction de la consommation de chicha au Bénin : nécessité de couper l’arbre de la racine

La consommation de la chicha constitue un fléau social qui embrase davantage la jeunesse béninoise. Du fait des effets néfastes de ce ‘’waterpipe’ sur la santé humaine, les autorités préfectorales des différents départements du Bénin prennent le taureau par les cornes en interdisant désormais de façon formelle la consommation d’une telle substance dans les lieux publics.

Janvier et février 2021, c’est la vague des interdictions de la consommation de chicha au Bénin. Telle une trainée de poudre, la mesure a gagné pratiquement tous les départements. De l’Alibori à l’Atlantique passant par le Zou, les Collines, l’Ouémé, le Borgou, le Couffo, le Plateau et même le Littoral, il n’est plus désormais possible aux consommateurs du narguilé d’ingurgiter en public la chicha dont la fumée contient des métaux qui proviennent du tabac, mais aussi du charbon, du revêtement du fourneau et de la colonne, du tuyau ou encore de la feuille d’aluminium.

A tous les niveaux, les autorités préfectorales sont fermes sur la décision motivée par leur volonté de réduire les dégâts sanitaires engendrés par la pipe à eau.

« Tout promoteur d’établissement ouvert au public (débits de boissons, maquis, boîtes de nuit, restaurants et autres), donnant accès à l’usage de la chicha dans l’enceinte desdits établissements est passible d’une amende allant de 50.000 à 300.000 francs CFA », a indiqué le préfet intérimaire du Littoral et préfet de l’Atlantique, Jean-Claude Codjia dans son arrêté du 18 février 2021.

En effet, la consommation de la chicha est prohibée par la loi N°2017-27 relative à la production, au conditionnement, à l’étiquetage, à la vente et à l’usage du tabac, de ses dérivés et assimilés en République du Bénin. La décision des préfets est donc fondée et toute personne qui sera surprise en flagrant délit est passible d’une amende allant de 10000 à 50000 francs CFA, a renchéri Jean-Claude Codjia.

Sortir des sentiers battus

Selon un rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), « le fumeur de pipe à eau, et la personne exposée à la fumée passive provoquée par la pipe à eau, encourent les mêmes maladies pulmonaires, cardiovasculaires et cancers que le fumeur de cigarette ». Dans une fiche repères réalisée sur les risques de la chicha sur la santé, l’Institut national du cancer révèle, à la lumière des récentes recherches scientifiques, que la chicha « accroit fortement les risques de cancers du poumon, des lèvres, de la vessie et des voies aérodigestives supérieures».

Les consommateurs en sont bien conscients mais la pratique a malheureusement la peau dure surtout au sein de la jeunesse. Inquiété par la proportion que prend la situation sur le territoire national, le député Nazaire Sado a récemment lancé, via une question orale, un cri de cœur à l’endroit du Président de la République et de son Gouvernement en l’occurrence les ministres de l’intérieur et de la sécurité publique, de la santé et du commerce afin que des mesures adéquates et urgentes soient prises à cet effet.

Ainsi donc, à part la vague d’interdictions au niveau départemental, il urge que les gouvernants trouvent une réponse radicale à la question de l’élu dans l’optique d’éradiquer au plus vite et définitivement le fléau. Sachant que le produit a une source de provenance, il y a plutôt lieu de s’attaquer à elle comme ce fut le cas avec les faux médicaments, suggèrent beaucoup de voix les mieux éclairées.

Par Emmanuel M. LOCONON

Dans le flux

À propos laprimeur

Check Also

Deuil dans la presse béninoise, Vincent Foly n’est plus

Vincent Foly n’est plus. Le promoteur du journal béninois d’information La Nouvelle Tribune a tiré …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

COVID-19
Aller à la barre d’outils