JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
lundi , septembre 20 2021

Guérie du coronavirus, la vice-doyenne de l’humanité fête ses 117 ans

Déclarée positive au coronavirus en janvier dernier, la sœur André a été guérie. Ce jeudi 11 février 2021, la doyenne de l’Europe et deuxième personne la plus âgée de l’humanité fête son anniversaire.

C’est une histoire à la limite miraculeuse. Alors que les personnes âgées sont plus susceptibles de succomber à la contamination de la covid-19 du fait de la faiblesse de leur système immunitaire, celle-ci a vaincu le mal malgré  son âge. Et aujourd’hui, elle célèbre ses 117 ans de vie. Il s’agit de la nonne française André, Lucile Randon à l’état civil.

Quand elle fermait ses 115 années en 2019, Le Parisien écrivait à cet effet que la religieuse devenait ainsi officiellement la personne la plus âgée de toute l’Europe et vice-doyenne de l’humanité.  Cette centenaire qui vivait son troisième âge à Toulon à Var a malheureusement été testée positive en début d’année et a dû supporter le confinement, sans visite et sans contact, malgré son âge.

Forteheureusement, elle a survécu à telle enseigne qu’elle semble s’en étonner elle-même. «Je ne suis pas sûre que je l’ai eu. On me dit que je l’ai eu, j’ai été très fatiguée, c’est vrai, mais je ne m’en rends pas compte. Je ne me suis pas rendu compte. On m’a laissée couchée», explique sœur André à l’AFPTV, repris par L’avenir.net.

Pour son anniversaire prévu dans la journée du jeudi et qui s’annonce avec ‘’un goût de résurrection’’ pour reprendre les termes du média, une organisation particulière est faite autour avec notamment au menu une messe exceptionnelle et une restauration conforme au goût de la doyenne ‘’miraculée’’.  

Née à Alès en 1904, Lucile Randon a vécu une vie religieuse de dévotion. Sœur de la compagnie des Filles de la charité, elle ne se déplace désormais que dans un fauteuil roulant et ne voit pratiquement plus. « Mon bonheur quotidien, avait-elle confié à Le Parisien en 2019, c’est de pouvoir encore prier ».

Par Emmanuel M. LOCONON

Dans le flux

À propos laprimeur

Check Also

Deuil dans la presse béninoise, Vincent Foly n’est plus

Vincent Foly n’est plus. Le promoteur du journal béninois d’information La Nouvelle Tribune a tiré …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

COVID-19
Aller à la barre d’outils