JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
vendredi , juin 25 2021

Bénin – Présidentielle de 2021 : l’He Gildas Agonkan pèse le poids politique de Joël Aïvo

Joël Aïvo a été le premier à annoncer sa candidature pour l’élection présidentielle du 11 avril 2021 au Bénin. Professeur titulaire de droit public, ce potentiel candidat qui n’était pas très connu sur le terrain politique affiche désormais un engagement ferme de briguer la magistrature suprême dès 2021. Sur BM TV, l’honorable  Gildas Agonkan n’a pas caché ses impressions à ce propos.

Parfait en droit constitutionnel mais loin de la réalité politique. C’est de cette manière que le député de l’Union Progressiste décrit l’universitaire qui s’engage, comme il l’a annoncé, dans la course au fauteuil présidentiel. Gildas Agonkan qui dit avoir du respect et de l’admiration pour le professeur Joël Aïvo sur le plan constitutionnel doute fort que politiquement ce dernier soit « un potentiel politique dans ce pays ».

Selon lui en effet, le constitutionnaliste est certes connu de tous les béninois. « Droit constitutionnel, parfait, expert. C’est une performance, c’est un sachant, c’est un expert. Mais politiquement, sur le terrain, haranguer les foules, aller au contact des populations », il n’y pas lieu de craindre ce potentiel candidat, estime-t-il en mettant en exergue le fait qu’il n’ait vraiment pas une base politique.

Et pourtant l’on a assisté par le passé à des élections auxquelles ont pris part des candidats qui, au départ, n’étaient pas des politiques.  L’honorable député semble concéder cela mais entend dire que ces candidats qui ont pu franchir le cap n’étaient pas des « individus ex-nihilo ». Il cite les cas des trois prédécesseurs du président Patrice Talon, notamment l’ex chef d’Etat Boni Yayi avec le rassemblement qu’il y a eu autour de lui. « Mais où est le rassemblement autour de Joël Aïvo ? Vous sentez quelque chose comme ça dans le pays ?», lance l’élu de la huitième législature avant d’ajouter que « lorsque le fruit est mûr, facilement il est ‘’cueillable’’ ».

Par conséquent, « Joël Aïvo, ce n’est pas la personnalité qu’il faut craindre en matière de poids électoral », renchérit Gildas Agonkan pour finir par dire qu’on ne peut donc pas faire les choses comme si c’est l’ancien doyen de la Faculté de droit et de science politique de l’UAC qui est « celui qu’on veut combattre, celui qu’on va attaquer ».

En février 2020, le professeur Joel Aivo a pris la décision de mettre un terme à ses onze années à la tête de l’Association béninoise de droit constitutionnel (ABDC). Ceci pour « scruter d’autres horizons ». Depuis qu’il a annoncé en premier vouloir succéder à l’actuel chef de l’Etat, il fait souvent face à ces tacles mais semble déterminé à aller jusqu’au bout.

Par Emmanuel M. LOCONON

Dans le flux

À propos laprimeur

Check Also

PARLEMENT BENINOIS: Le texte régissant le cabinet du Président et du SGA en toilettage

(La décision n°98-367/AN/PT du 06 août 1998 en débat)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

COVID-19
Aller à la barre d’outils