JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
samedi , juin 12 2021

Parrainage : « Ce débat va perdurer mais ça n’aboutira à rien », Maître Kato Atita

Au Bénin, à la veille de l’élection présidentielle, la question du parrainage fait toujours couler d’encre et de salive. Reçu sur Sikka Tv le 25 janvier 2021, Maître Kato Atita, avocat au barreau béninois est visiblement pessimiste quant à l’aboutissement de ce débat.

Ça continue de crépiter au sujet du parrainage pour l’élection présidentielle du 11 avril 2021. Dans le rang des amateurs du droit positif béninois comme au sein des sachants, les opinions sont divergentes et chacun analyse en fonction de son angle de vision. Quant au Maître Kato Atita, il pense que « ce débat va perdurer… mais ça n’aboutirait à rien » car, avance-t-il, « c’est une question de fondation de l’institution parlementaire en place actuellement ».

Il fait allusion aux lois électorales actuellement en vigueur dans le pays notamment la révision constitutionnelle introduite dans l’arsenal juridique. « La difficulté aurait été moindre si on avait maintenu le multipartisme intégral tel que nous l’avions adopté avec la conférence des forces vives de la nation», suppose l’avocat qui définit le parrainage comme le fait d’avoir de supports parmi certaines catégories de citoyens pour se présenter à l’élection. « Le Bénin n’a pas connu ça depuis l’indépendance », a-t-il martelé.

Pour Kato Atita, avec le multipartisme intégral, la possibilité était laissée à toute personne de créer son parti politique, de donner des opinions en toute liberté en tant que citoyen sur les problèmes de la vie publique. Mais aujourd’hui, il estime que le Bénin est dans un « système du parti dominant » avec deux partis en pole position. « Les autres ne sont que des partis satellitaires, des embryons mais qui ne portent pas la voix », constate le membre du barreau béninois.

Ce qui dérange

L’avènement de ce système de parrainage est selon l’avocat, sujet à polémique.   « Ça dérange parce que ce sont ces deux partis dominants (Union Progressiste et Bloc Républicain, Ndlr) qui vont offrir les parrains». Il estime que si les autres partis avaient des élus sur le terrain il n’y aurait pas tout le tollé autour de la question car, explique-t-il, ces derniers auraient pu avoir un certain nombre de députés ou de maires pour parrainer leur candidat.

Et pourtant, la loi a été claire en donnant la possibilité aux élus de tel parti de parrainer un candidat d’une formation politique adverse. A en croire l’homme de droit, agir ainsi s’avèrerait une « humiliation constitutionnelle politique ». Autrement, c’est une humiliation de dire que le candidat d’un autre parti vienne quémander le parrain auprès d’un autre. Au vu de tous ces éléments et du contexte actuel, Kato Atita doute fort que le débat en cours puisse connaitre un aboutissement heureux.

Par Emmanuel M. LOCONON

Dans le flux

À propos laprimeur

Check Also

Emmanuel Hounnoussa, consul honoraire du Bénin:«La politique ne doit pas faire de nous des ennemis…»

Des messages de paix pour un climat apaisé en période électorale. A la veille de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

COVID-19
Aller à la barre d’outils