JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
vendredi , juin 25 2021

L’Afrique est « le continent où on utilise moins les assurances »

Lionel Zinsou

L’assurance n’est paradoxalement pas la chose la mieux partagée en Afrique. Lors d’une émission sur RFI et France 24, Lionel Zinsou  ex premier ministre béninois a évoqué le sujet en mettant en exergue l’importance pour les gens de s’assurer.

Ailleurs dans le monde entier il y en a, mais en Afrique, c’est rare de trouver des africains qui s’assurent. Alors même qu’utiliser des assurances dans le domaine agricole par exemple, surtout dans un contexte africain menacé par des problèmes de pluviométrie du fait du changement climatique, est selon l’ancien ministre Lionel Zinsou un gage.

« Nous sommes le continent où on utilise moins les assurances. Quand on dit il faut des garanties, c’est une forme d’assurance. Mais il faut par exemple dans l’agriculture, il faut des assurances récoltes. Dans le monde entier il y a des assurances récoltes. En Afrique subsaharienne il n’y a pas d’assurances récoltes. », Lionel Zinsou intervenant dans un débat sur RFI et France 24;

LIRE AUSSI « Les banques ne peuvent pas faire de petits prêts à un agriculteur », Lionel Zinsou

Pour l’économiste, ce n’est pas très cher de s’assurer et « l’Afrique n’a aucune raison de rester le continent où personne n’est assurée parce qu’on n’a pas de protection sociale pour des raisons de pauvreté». Que ce soit l’assurance sinistre, l’assurance récolte, il est important, soutient-il, de développer et d’encourager ce produit et assurer les récoltes. Après avoir mis déjà en place l’assurance, il sera question de combler le besoin de l’assurance vie, de l’assurance sinistre. « Mais d’abord dans un continent où on a un problème de sécurité alimentaire, il faut la sécurité par les assurances sur les récoles », recommande Lionel Zinsou.

Les banques, les risques et les assurances

En abordant la question des assurances, on se réfère aussi aux banques. Elles, contrairement aux investisseurs professionnels qui attendent des plus-values qui doivent être beaucoup plus importantes de prendre des risques, « n’ont pas pour métier de prendre des risques », explique Lionel Zinsou. Ces banques gèrent plutôt l’épargne, les comptes des gens, les dépôts à termes. Dès lors, il n’est pas question d’aventurer  l’épargne.

LIRE AUSSI Sidi Ould Tah, DG de la BADEA souligne les ‘’avantages’’ de la Covid-19 pour l’Afrique

Aussi les entreprises doivent-elles donner une certaine garantie aux banques et le taux de risque qu’encourent ces dernières ne doit pas atteindre le seuil de 50%. « Il faut une couche de garantie qui est une assurance supplémentaire après qu’on a assuré les récoltes et qui nous amène à 90% », conseille le banquier d’affaires avant de renchérir que « les banques peuvent prendre 10% de risque. Sur leur marge, elles peuvent faire ça et c’est bien. Parce que sinon elles vont sélectivement distribuer n’importe quoi s’il n’y a vraiment plus aucun élément de risque ; mais pas en dessous de 90% », insiste l’invité d’Alain Foka.

Par Emmanuel M. LOCONON

À propos laprimeur

Check Also

Lutte contre la Covid-19 : l’UE octroie 30,5 milliards à l’Etat béninois

L’Union Européenne (UE) vient au secours du Bénin dans sa riposte contre le coronavirus. C’est …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

COVID-19
Aller à la barre d’outils