JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
samedi , juin 12 2021

Bénin – Conseil d’administration du FAPA : Le président Eric Ahokpé et ses collaborateurs officiellement installés

Alain Orounla, le ministre de la communication et des membres du CA-FAPA

Le ministre de la communication et de la poste, Alain Orounla a procédé, mardi 22 décembre 2020, à l’installation officielle des sept membres nommés du conseil d’administration du Fonds d’appui à la production audiovisuelle (FAPA). C’est à travers une cérémonie fort simple tenue dans la salle de conférence du ministère de la communication et de la poste.

Ils sont désormais officiellement investis pour une mission « stratégique et délicate » comme l’a insinué le ministre Alain Orounla. Eux, ce sont les membres du conseil d’administration du FAPA précédemment nommés par décret pris le 09 septembre 2020 en conseil des ministres. La cérémonie d’installation honorée par la présence de certains membres dont le président Eric Ahokpé, a été marquée par le discours du porte-parole du gouvernement. Après la lecture du décret nominatif par le point focal, le ministre a rappelé d’une part le bien-fondé de la cérémonie, d’autre part la mission qui incombe à l’équipe qui vient d’être investie et pour finir, il a fait part des attentes du gouvernement vis-à-vis du Conseil.

LIRE AUSSI « Il n’y a pas d’ange parmi nous, on est que des hommes, des pécheurs, avec nos faiblesses… », Alain Orounla

En effet, la présente cérémonie, fait comprendre le ministre, est importante en raison de la restructuration et de la structuration actuelle que le gouvernement entend donner au FAPA dont le conseil est devenu obsolète au même titre que d’autres conseils.  En prenant la décision de réorganisation, le gouvernement entend donner vie à sa volonté de « faire du FAPA le point focal de tous les financements nationaux et internationaux et pourquoi pas d’un fructueux partenariat public-privé dans le secteur de la production de contenus audio-visuels au Bénin », fait savoir Alain Orounla qui est conscient que le budget modeste alloué à cette structure ne suffit pas pour couvrir tous les besoins de fonctionnement.  Dès lors, il insiste sur la nécessité de doter le Fonds d’un budget conséquent pour rentrer dans l’écosystème du numérique et changer le visage  audiovisuel du Bénin. « Nous devons concentrer nos efforts sur la production des contenus de qualité », a-t-il affirmé.

Instaurer une culture d’entreprise propice

La tâche qui revient aux membres installés dans ce cadre est de tracer des pistes et des trajectoires dans la droite ligne du projet 25 du PAG relatif à valorisation de la destination Bénin, définir et mettre en œuvre des orientations stratégiques du FAPA en accord avec les organes de production et les indépendants tels que les producteurs et les réalisateurs.  Alain Orounla voudrait compter sur la responsabilité de chacun d’eux afin que l’instauration d’une culture d’entreprise propice à la compétitivité et à la performance constitue une priorité.

LIRE AUSSI Bénin – Annulation du concours des auditeurs de justice : La fondation Droit Africain réagit, le président Jaïus Agosadou appelle Talon à frapper fort

Il rend un hommage particulier au président Eric Ahokpé pour avoir accepté la mission à lui confiée par le chef de l’Etat Patrice Talon. Un choix qui, dit le porte-parole du gouvernement, n’est pas fortuit ou le fruit du hasard. Il l’invite par conséquent à créer autour de cette structure une synergie d’action entre tous les acteurs du monde de l’audiovisuel béninois en vue de la hisser à la place qui est la sienne. Tout en souhaitant pleine réussite à l’équipe mise en place, le ministre Alain Orounla exhorte également le premier responsable du FAPA à veiller au bon fonctionnement des autres organes.

Par Emmanuel M. LOCONON

À propos laprimeur

Check Also

« Ce qui préoccupe, c'est d'avoir des réceptacles convenables…»

clarifie Wilfried Léandre Houngbédji:« Ce qui préoccupe, c’est d’avoir des réceptacles convenables…»

WILFRIED LEANDRE HOUNGBEDJI,PORTE-PAROLE DU GOUVERNEMENT Depuis l’annonce par la Société de gestion des déchets solides …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

COVID-19
Aller à la barre d’outils