JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
vendredi , juin 25 2021

BENIN-POLITIQUE: « Les Démocrates » ou l’incroyable épopée de Houndété et Cie

Logo du parti les démocrates @Les démocrates

Le parti « Les Démocrates » est depuis ce vendredi 11 décembre 2O2O, un parti légalement constitué au Bénin. La formation politique de l’opposition a enfin obtenu son récépissé provisoire, attendu depuis plusieurs mois. Au-delà du symbolisme lié à la date de délivrance du fameux sésame, le parcours de combattant qui a été celui de Eric Houndété et compagnie, mérite une attention.

Ils respirent enfin, les membres du parti « les Démocrates »  ! Et pour cause, la course qui a conduit à l’obtention de leur récépissé ce 11 décembre fut rude et parsemée de beaucoup d’obstacles. Au risque de se tromper, jamais au Bénin, la création d’un parti politique n’a été aussi compliquée depuis l’avènement du renouveau démocratique. Mais comme le dit l’adage populaire, c’est la fin qui compte. Une chose est sûre, le plus dur est désormais derrière Eric Houndété, Nourénou Atchadé, Basile Ahossi et leurs sympathisants.

En effet, la formation politique, à l’instar des partis comme le Bloc Républicain, l’Udbn, la Fcbe, l’Up ou encore le Prd, peut se vanter aujourd’hui d’avoir une existence légale au Bénin. Seulement voilà. En faisant leur déclaration officielle le 29 juillet 2020, les militants et membres fondateurs du parti ne pouvaient pas imaginer qu’ils attendraient près de cinq mois pour avoir leur récépissé d’existence légale.

LIRE AUSSI: Drame à Godomey : Un cadavre retrouvé au bord de la voie ce matin

Un parcours de combattant tout de même…..

Exister aujourd’hui dans le landerneau politique béninois, à l’ère de la réforme du système partisan, ce n’est peut-être pas la croix et la bannière, mais ça y ressemble beaucoup. Les membres du parti « les Démocrates » l’on appris à leur dépend. A plusieurs reprises, après avoir constitué et déposé le dossier du parti, au ministère de l’intérieur depuis le 29 juillet, les Démocrates ont dû faire des corrections encore et encore.

En tout cas, Sacca Lafia, lui, ne fait plus dans l’à peu près. Il a d’abord exigé, la lettre de démission des anciens membres du parti FCBE. Puis, fait remarquer aux demandeurs, le défaut de procurations dans les dossiers de certains membres fondateurs absents lors du congrès constitutif. A chaque fois, les responsables du parti ont dû satisfaire aux injonctions des services du Ministre de l’intérieur.

Selon l’article 23 de la charte des partis politiques, pourtant,  la délivrance du récépissé à un parti normalement constitué est une formalité qui devrait prendre deux mois. Apres plusieurs courriers adressés au ministre de l’intérieur, des audiences dans presque toutes les institutions de la République, rien n’a fondamentalement bougé. A seulement 5 mois des présidentielles, le Président Patrice Talon, à Nikki, lors de la sa tournée nationale dans les communes, a dû rassurer de ce que le ministère de l’intérieur allait délivrer le précieux sésame aux démocrates. Cette déclaration, il faut le reconnaître, a eu le mérite de faire baisser la tension. Avec ce parcours, l’obtention du récépissé ce 11 décembre, est l’aboutissement d’un travail de fond apprécié différemment selon les perspectives des différents acteurs.

LIRE AUSSI: ASSURANCE DU CHEF DE L’ETAT A PROPOS DU RECEPISSE DE « LES DEMOCRATES » : Kamar Ouassagari condamne

Rigueur ou manœuvre politicienne ?

Nourénou Atchadé, premier vice-président du parti lors d’une conférence de presse, mercredi 23 septembre pour analyser observations du ministère de l’intérieur sur le dossier du parti, qualifiait les remarques de légères et peu objectives. Pour lui, il fallait trouver des poux sur la tête d’un chauve pour retarder l’obtention du récépissé du parti. L’ancien député de la 7e législature ne comprend pas l’exigence  de procuration des membres fondateurs absents lors du congrès constitutif.

« Nulle part dans la charte des partis, il n’est fait mention de cela. J’ai été membre fondateur du parti Force cauris pour un Bénin émergent (FCBE) alors que je  n’étais nullement présent au congrès constitutif et je n’ai délivré aucune procuration. Cela, n’a pas empêché le parti FCBE d’avoir son récépissé » avait-il déclaré.

En réalité, si on ne peut enlever aux démocrates, le droit  d’avoir leur lecture de la situation, il convient de dire également que le ministère de l’intérieur est parfaitement dans son rôle de veiller à la légalité des actes en la matière. La vérité est qu’il n’est absolument pas  nécessaire d’inscrire l’obligation de donner une procuration dans la charte des partis. C’est une mesure de bon sens et de rigueur personnelle que les responsables du parti auraient du prendre, dans la constitution du dossier du parti. 

LIRE AUSSI Bénin: Après « Les Démocrates », un nouveau parti politique en quête de formalisation

« Les Démocrates » n’ont qu’à s’en prendre à eux-mêmes pour avoir fait preuve de beaucoup de négligences coupables. De toute façon, le Chef de l’Etat, à qui la réforme du système partisan tient à cœur, l’a dit à plusieurs reprises, plus rien ne sera fait comme avant. Il faut espérer maintenant que « Les Démocrates » et leur candidat réussissent à avoir les parrainages nécessaires pour être en lice pour l’élection présidentielle d’avril 2021. Mais ça, c’est une autre paire de manches.

Par David BELANKOU

À propos admin

Check Also

l'imam LIGALY Youssouf, Vice-président du Creuset du Dialogue inter-religieux

Dialogue inter religieux, le président du parlement renouvèle son engagement

Le dialogue inter religieux au coeur des echanges au cabinet du président Louis G. Vlavonou …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

COVID-19
Aller à la barre d’outils