JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
mardi , décembre 7 2021

Elève à 57 ans, elle rêve de devenir infirmière (vidéo)

Elisabeth Yamoah est une Ghanéenne. A l’âge de 57 ans, elle a appris à lire et à écrire afin de réaliser un rêve qui lui est cher.

Pour le commun des mortels c’est peut-être de la folie. Mais pour madame Yamoah, c’est le prix à payer pour enfin accomplir ce rêve qu’elle caresse depuis des lustres : devenir infirmière. Et pour y parvenir, il fallait sortir des sentiers battus, se mettre au-dessus de tout préjugé pour, après cinquante ans de vie, cet âge où l’on est censé se reposer, s’inscrire à l’école des petits-enfants. C’est ce qu’elle a fait.

« J’ai décidé d’aller à l’école en 2017 parce que je veux être infirmière. En allant au marché pour acheter mon uniforme, j’ai eu un accident et j’ai perdu quelques dents.  Mais cela ne m’a pas découragée. Un lundi, j’ai vêtu mon uniforme scolaire, j’ai pris mon cartable et je suis allée à l’école Odoben Presby pour m’inscrire », narre Elisabeth Yamoah aux confrères de la BBC.

Aussi simple que parait cette décision de se refaire, au fond elle n’est pas du tout aisée, surtout dans un contexte social où il faut affronter le regard des autres. « A cause de mon âge, les gens se moquaient de moi. Mais je suis fière quand je porte mon uniforme scolaire. Ce qui m’a motivée c’est que l’école est gratuite », a-t-elle confié.

Cette ténacité a payé puisqu’en 2020, dame Elisabeth a pu obtenir son certificat au même titre que des milliers d’autres élèves. Elle est fière d’être la diplômée la plus âgée du cycle du secondaire du Ghana. Ajouté au fait que la «tantie écolière » comme on la surnomme ait été nommée déléguée, elle a eu un parcours qui pour certains était étonnant et inspirant à la fois. « J’étais très heureuse mais les étudiants et les professeurs ont tous été très surpris».

Au  micro de nos confrères du média britannique, Elisabeth Yamoah a fait comprendre que l’éducation religieuse et la technologie sont ses matières préférées. Au-delà du travail académique, elle ne reste pas aussi indifférente quand il s’agit de jouer avec les petits-enfants, ses camarades.

Un environnement amusant qui sera bientôt de son passé. « J’aurai 60 ans quand j’aurai terminé mes études secondaires. Et je veux tenir un rôle important au sein de la société », projette Elisabeth Yamoah.  

Emmanuel M. LOCONON

À propos laprimeur

Check Also

En 1ère A, il enceinte son professeur d’espagnol. Le proviseur prend une décision

Au Cameroun, un élève de la classe de 1ère A4 aurait enceinté son enseignante de …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

COVID-19
Aller à la barre d’outils