JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
mercredi , janvier 26 2022

Restauration de la démocratie sans pédagogie:Une démagogie nuisible qui trompe certains esprits.

<< Les passions anarchiques grondent toujours dans les bas-fonds de la démagogie>>, l’inspiration scientifique du Prof. Roch Gnahoui DAVID

Une République démocratique décriée et pourtant elle offre la liberté d’expression sur un plateau d’or  à des personnes mal inspirées en perte de boussole et  d’idéologie.  Elle laisse même des personnes à passion haineuse à proposer des  actions dont la seule finalité est de pouvoir goûter aux délices du pouvoir. Le mirage du pouvoir   assassine les esprits mal préparés et dresse le lit à des diatribes  dignes d’un enfantillage politique. Face au pouvoir en place,  dans une posture regrettable, ils livrent à la critique infondée les réformes, fruits des nuits blanches de plusieurs contribuables.

Sur la place publique, on s’offre le vilain luxe de vilipender le premier de tous.   Cette démarche est celle dite des restaurateurs. Aucune empathie pour eux. Parce qu’ils n’ont pas compris qu’en science de l’éducation, il y a la notion de pédagogie par l’exemple.  Une restauration qui porte les germes de destruction des règles qui fondent un Etat.  Ridicule !  Dans leur errance intellectuelle qui leur  trace les sillons évidents d’une déviance politique, ils deviennent  l’ombrage assuré  des chômeurs politiques internes et externes.  Ensemble, ils forment un conglomérat de danger public et empoisonnent  les cœurs déjà asservis par l’opportunisme   inégalitaire d’antan.

A ces détracteurs viscéraux, il faut opposer l’objectivisme avec un emprunt légal de  l’arithmétique politique.  L’éveilleur des consciences souillées, amorties par  les velléités égoïstes des restaurateurs, ne manque de tirer sur la sonnette d’alarme.  Comme Jean dans le désert appelant le peuple à la repentance, le  Prof Roch Gnahoui DAVID propose de voir autrement. Sachons garder raison.

QUAND ON A TROP A DIRE ? ON NE DIT RIEN

Ils prônent la démocratie, ils veulent restaurer la démocratie, mais ils confondent, par la démarche méthodologique utilisée, démocratie et démagogie. Elle est très nuisible à la démocratie (« les passions anarchiques grondent toujours dans les bas-fonds de la démagogie » -Emile Zola). Toujours inspirée par la poursuite d’une ambition, des passions, la peur ou la colère, la démagogie ce mal qui avilit et ruine entraine bon nombre de personnes dans la servitude et l’ignorance.

Ces gens que les déceptions ont rendu irritables, agressifs prennent au piège d’un jeu improvisé, susceptible de déboucher sur un fanatisme, un asservissement, de pauvres et braves citoyens. Gardons-nous de vendre la personnalité que vous avons construite ou que nous construisons pour le bonheur de nos familles, de notre société. Aucune démagogie ne porte un regard objectif sur un régime en place et sa tendance est de critiquer les reformes entreprises, porteuses d’une évolution dans les domaines économiques, socio-politiques, culturelles etc. Si des réformes sont mises en œuvre, on conçoit quelles portent la marque d’une gestion publique nouvelle, la transformation substantielle de l’organisation, du fonctionnement de tout un système.

Le frustré parce qu’il n’en tire pas profit, trouve que ces réformes n’ont contribué qu’à déstructurer, détruire et que les acteurs desdites réformes doivent platement venir présenter des excuses au peuple. Où allons-nous ? Où sommes-nous ? Vous avez le droit d’être aigri et c’est consacré depuis, mais vous n’avez pas le droit de briser l’espoir des autres. On pousse l’outrecuidance, la désinvolture impertinente envers autrui très loin en profitant quand même d’une démocratie qui laisse toute liberté d’expression. On oublie alors, que toute réforme en termes de loi nouvelle comporte une forte présomption de progrès. La présomption ne se démontre pas, elle est tout simplement imposée, et ceci doit suffire.

Comment va-t-on expliquer aux auditeurs les finalités de la loi (ordre, justice, progrès, liberté, égalité, fraternité). Comment doit-on expliquer aux étudiants la formule dura lex, sed lex (dure est loi, mais c’est la loi).  Faites des propositions et après analyses, on verra si on peut vous prendre au sérieux. Des creusets de réflexion exploitables existent à ce sujet. En politique, on voit tout a-t-on coutume de dire, mais en politique on ne dit pas tout (le silence gardé est parfois plus assourdissant que les paroles férocement prononcées), surtout quand on croit être doté d’une intelligence exceptionnelle alors qu’en réalité ce n’est qu’une intelligence fugace, éphémère et artificielle.

Cette intelligence au service du mal qui fait jubiler certains soutenant avec d’autres à l’étranger que le pays n’est pas sûr. Vous n’avez pas compris. Le pays est sur une dynamique constructive positive, sûr de son évolution et sur ça, le débat est inutile.

La caravane passe, les aigris restent…..

Je ne suis pas intelligent, je me lave les mains et je porte mon masque.

RDG

À propos admin

Check Also

VED-UAC – Soutenance de licence et master : des étudiants entrepreneurs jaugés et libérés avec suivi

VED-UAC – Soutenance de Licence/ Le Jury Depuis le mardi dernier, plusieurs étudiants planchent  devant …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

COVID-19
Aller à la barre d’outils