JavaScript must be enabled in order for you to see "WP Copy Data Protect" effect. However, it seems JavaScript is either disabled or not supported by your browser. To see full result of "WP Copy Data Protector", enable JavaScript by changing your browser options, then try again.
jeudi , janvier 27 2022

PROTECTION DE L’ENFANT AU BENIN: Un consortium Ad Hoc pour réfléchir au financement durable à la base

La salle des fêtes des tours administratives sise à Cotonou a servi de cadre, jeudi 27 août 2020, à un atelier d’échange sur les mécanismes de financement durable de la protection de l’enfant au Bénin, MASM. Lancés par le représentant du ministre des affaires sociales et de la microfinance, les travaux ont réuni plusieurs acteurs de la chaîne de la protection de l’enfant. 

Ministre Véronique Tognifode Mewanou

Futur de l’humanité, les enfants sont des êtres vulnérables qui méritent protection. Mais dans la pratique, en dépit des efforts déployés par les acteurs à divers niveaux, les difficultés continuent toujours de subsister mettant en péril la vie de la couche infantile avec différentes formes de violences. De l’Etat central à l’administration décentralisée passant par d’autres maillons de la chaîne, les réflexions continuent toujours d’être menées pour solutionner les problèmes qui existent.

C’est d’ailleurs autour de cette question que membres du consortium Ad Hoc pour la mise en place d’un fonds FADEC-Enfants, partenaires techniques et financiers, autorités politico-administrat­ives ainsi que d’autres acteurs du domaine, se sont retrouvés à Cotonou ce jeudi dans le cadre d’un atelier d’échange sur les mécanismes de financement durable de la protection de l’enfant au Bénin et sur plan de décentralisation et de déconcentration (plan 2D) du ministère des affaires sociales et du microfinance, avec l’appui de PDDC (GIZ).

A cet effet, trois allocutions majeures ont marqué la cérémonie officielle de lancement où chacun des intervenants a pris la peine de souligner la pertinence de l’atelier et de renouveler sa gratitude à l’endroit des organisateurs. C’est au Directeur de la programmation et de la prospective qu’est revenu l’honneur de dire ses mots de bienvenue à l’assise en insistant sur les énormes défis qui se présentent aujourd’hui en matière de protection des enfants.

Quant au représentant du consortium, Elidja Zossou, Directeur national de CIPCRE-Bénin, il a d’abord remercié les participants pour avoir répondu à l’invitation du ministre avant de préciser d’où est partie l’initiative. A l’en croire, il est vrai que les efforts sont consentis aussi bien par l’Etat central, les communes que les organisations de la société civile pour changer la situation des enfants, mais d’autres barrières restent érigés.

« De tous les goulots d’étranglement, les acteurs réunis à l’atelier de réflexion initié par l’ONG CIPCRE-Bénin le 8 mai 2019 au SOS village d’Abomey-Calavi ont retenu que celui relatif au financement de la protection de l’enfant demeure déterminant », a-t-il rappelé. Selon le Directeur, quel que soit le niveau où l’on se situe, les difficultés liées à la protection de l’enfant se résument généralement à la non-disponibilité des ressources appropriées, aussi bien les ressources humaines que les celles techniques et logistiques.

Face à tout cela et après la rencontre tenue avec le ministre des affaires sociales et de la microfinance courant juin 2020, il a été décidé de la tenue du présent atelier dont l’objectif est clairement précisé par le représentant du ministre Véronique Tognifode Mewanou empêchée à la dernière minute.

La présente assise vise « à mobiliser les acteurs d’une part autour de la question sur la mise en place d’un mécanisme de financement durable des actions de protection des enfants au niveau des communes du bénin et d’autre part sur le processus d’élaboration du plan 2D des affaires sociales et de la microfinance », a martelé le Secrétaire Général dudit Ministère, Pascal Wele Idrissou. A défaut d’embraser toute la chaîne, le consortium entend commencer le financement de la protection de l’enfant au niveau communal. 

Les attentes au terme des travaux

Véritable creuset de réflexion synergique entre les différents acteurs de la protection des enfants, la rencontre de ce jeudi devra déboucher sur plusieurs perspectives. En effet, aux dires du porte-parole du ministre, les échanges permettront non seulement de recueillir et d’harmoniser les grandes orientations relatives à l’initiative mais aussi d’identifier les principales étapes à suivre pour aboutir à l’élaboration d’un plan de plaidoyer.

Il sera également question d’examiner la possibilité de prise en compte d’une ligne appelée protection de l’enfant dans l’ouverture d’un guichet Fadec affecté affaires sociales à l’issue de la finalisation du plan 2D du ministère des affaires sociales et de la microfinance. Persuadé que les résultats satisfaisants sortiront des échanges, au vu de la qualité et de l’engagement des participants, Pascal Wele Idrissou exhorte chacun à s’impliquer dans les échanges en exprimant toute sa vision pour le mieux-être des enfants.

Il n’a pas oublié de remercier tous les partenaires pour leurs appuis de toute nature. Le représentant du consortium en ce qui le concerne se dit satisfait du leadership du ministre de tutelle car « quand c’est mauvais, la société civile à la dent dure, mais quand c’est bien fait, l’honnêteté intellectuelle et morale oblige à reconnaître aussi que c’est bien fait », a-t-il déclaré. Elidja Zossou a précisé en outre que ledit consortium est composé essentiellement de porteurs de l’initiative qui sont les structures prêtes à y mettre de toutes leurs ressources, des alliés qui apportent des soutiens techniques et des structures partenaires.

À propos laprimeur

Check Also

Corruption : la CPD, nouveau dispositif de lutte au Bénin

Au titre des mesures normatives prises en conseil des ministres le mercredi 19 janvier 2022, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

COVID-19
Aller à la barre d’outils